Annales de philosophie chrtienne, 9

Roger et Chernoviz, 1834
 

 - 

.

-

113 - En vrit, il est glorieux la religion d'avoir pour ennemis des hommes si draisonnables; et leur opposition lui est si peu dangereuse, qu'elle sert au contraire l'tablissement de ses vrits. Car la foi chrtienne ne va presque qu' tablir ces deux choses : la corruption de la nature, et la rdemption de Jsus-Christ.
228 - La mort de Socrate philosophant tranquillement avec ses amis est la plus douce qu'on puisse dsirer ; celle de Jsus expirant dans les tourmens , injuri , raill, maudit de tout un peuple, est la plus horrible qu'on puisse craindre. Socrate, prenant la coupe empoisonne, bnit celui qui la lui prsente et qui pleure ; Jsus , au milieu d'un supplice affreux , prie pour ses bourreaux acharns.
458 - C'est notre sexe sans doute qu'il appartient de former des gomtres, des tacticiens, des chimistes, etc.; mais ce qu'on appelle l'homme, c'est--dire l'homme moral, est peut-tre form dix ans ; et s'il ne l'a pas t sur les genoux de sa mre, ce sera toujours un grand malheur.
254 - Vous aimerez le Seigneur votre Dieu de tout votre cur, de toute votre me, de toutes vos forces et de tout votre esprit , et votre prochain comme vous-mme.
419 - Dieu. Tout a t fait par lui ; et sans lui rien n'a t fait de ce qui a t fait.
419 - Il tait dans le monde, et le monde a t fait par lui, et le monde ne l'a pas connu. Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas reu.
178 - Dieu cre donc : il cre en vertu de sa puissance cratrice; il tire le monde, non du nant qui n'est pas, mais de lui qui est l'existence absolue. Son caractre minent tant une force cratrice absolue qui ne peut pas ne pas passer l'acte, il suit non que la cration est possible, mais qu'elle est ncessaire; il suit que Dieu crant sans cesse et infiniment, la cration est inpuisable et se maintient constamment.
254 - Seigneur, et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cur, et de toute ton me, et de tout ton esprit, et de toute ta force.
239 - ... runi autour de son berceau les heureux du monde, mais les infortuns ; et, par ce premier acte de sa vie, il s'est dclar de prfrence le Dieu des misrables.
225 - ... et la volont d'accomplir ses prceptes. Jamais la vertu n'a parl un si doux langage; jamais la plus profonde sagesse ne s'est exprime avec tant d'nergie et de simplicit. On n'en quitte point la lecture sans se sentir meilleur qu'auparavant.