Les Jsuites de la lgende, 2

Victor Retaux, 1907
 

 - 

.

-

101 - Il est vrai que tout le livre portait sur un fondement faux : on attribuait adroitement toute la socit les opinions extravagantes de plusieurs jsuites espagnols et flamands; on les aurait dterres aussi bien chez des casuistcs dominicains et franciscains; mais c'tait aux seuls jsuites qu'on en voulait.
40 - Dieu nous dfend d'attaquer mme la rputation d'un particulier ; mais, par un secret que l'Evangile ne nous a point appris, on prtend, sans se dpartir de l'troite morale qu'on professe, avoir droit de s'lever contre des corps entiers, de leur imputer des intentions, des vues, des sentiments qu'ils n'ont jamais eus ; de les faire passer pour ce qu'ils ne sont point, et de ne...
399 - Et enfin l'galit que les Jsuites mettent entre eux, en ne traitant gure d'autre faon les plus relevs que les moindres, est une invention extrmement bonne, pour leur ter la tendresse et les autres dfauts qu'ils peuvent avoir acquis par la coutume d'tre chris dans les maisons de leurs parents.
179 - La puissance mystrieuse qui, sous le nom de CONGRÉGATION, figure aujourd'hui sur la scne du monde, me parat aussi confuse dans sa composition que dans son objet, dans son objet que dans son origine. Il m'est aussi difficile de dire avec prcision ce qu'elle est, que de montrer au temps pass, comment elle s'est successivement forme, tendue, organise.
113 - ... ne parat pas prochaine. Cependant le parlement se bat outrance avec les jsuites , et Paris en est encore plus occup que de la guerre d'Allemagne ; et moi , qui n'aime ni les fanatiques parlementaires, ni les fanatiques de...
223 - Tout un peuple vivant comme une maison de jsuites, c'est--dire, du haut en bas, occup se dnoncer. La trahison au foyer mme, la femme espion du mari, l'enfant de la mre... Nul bruit, mais un triste murmure, un bruissement de gens qui confessent les pchs d'autrui, qui se travaillent les uns les autres et se rongent tout doucement. Ceci n'est pas, comme on peut croire, un tableau d'imagination. Je vois d'ici tel peuple que les jsuites enfoncent chaque jour d'un degr dans cet enfer...
452 - C'est qu'en effet entre le texte et l'esprit prvenu qui le lit il s'tablit une sorte de conflit inavou; l'esprit se refuse saisir ce qui est contraire son ide; et le rsultat ordinaire de ce conflit n'est pas que l'esprit se rende l'vidence du texte, mais plutt que le texte cde, plie, s'accommode l'opinion prconue par l'esprit.
333 - J'ai quelquefois la pense que les jsuites ont t calomnis; que co terrible christianisme d'Arnauld n'a ni la grandeur, ni la lumire, ni le vaste horizon du vrai christianisme ; que plusieurs de ces pauvres diables de jsuites ont voulu sincrement donner un peu d'air et de jour ces tristes cellules o l'on tentait, Port-Royal, d'enfermer la pense. Je voudrais faire une suite de biographies des grands jsuites, sages, l'esprit ouvert et bienveillant. Je suis sr qu'en cherchant...
64 - ... ne prouvent point que le culte chinois soit exempt d'idoltrie ; mais elles suffisent pour faire suspendre le jugement des personnes neutres. Elles ne donnent pas gain de cause aux Jsuites; mais elles justifient la sage lenteur, ou pour mieux dire, la conduite prcautionne du Pape. Que ceux qui savent fond la langue et les murs chinoises aient impatience de voir ce culte condamn, s'ils le croient idoltre; pour moi, qui ne sais aucune de ces choses , je suis difi de voir que...
140 - Extrait des assertions dangereuses et pernicieuses en tout genre, que les soidisant Jsuites ont, dans tous les temps et persvramment soutenues, enseignes et publies dans leurs livres, avec l'approbation de leurs suprieurs et gnraux, vrifies et collationnes par les commissaires du Parlement...