Dictionnaire universel, historique, critique, et bibliographique, 10

Louis Mayeul Chaudon
Mame frres, 1810
 

 - 

.

1
1
2
12
3
13
4
44
5
57
6
78
7
93
8
105
22
295
23
300
24
321
25
333
26
336
27
351
28
355
29
364

9
106
10
124
11
136
12
149
13
155
14
159
15
173
16
193
17
210
18
241
19
247
20
258
21
289
30
376
31
438
32
440
33
465
34
509
35
523
36
551
37
552
38
39
40
41

-

260 - Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte, et peut-tre est-il le seul souverain qui mrite cette louange : prudent et ferme dans le conseil, intrpide dans les combats sans tre emport, compatissant comme s'il n'avait jamais t que malheureux. Il n'est pas donn l'homme de porter plus loin la vertu.
317 - France, tant depuis plus de quatre mois enferm avec ma famille dans la Tour du Temple Paris par ceux qui taient mes sujets, et priv de toute communication quelconque, mme depuis le onze du courant avec ma famille, de plus impliqu dans un Procs dont il est impossible de prvoir l'issue cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prtexte ni moyen dans aucune loi existante, n'ayant que Dieu pour tmoin de mes penses, et auquel je puisse m'adresser, je dclare...
528 - Que ne puis-je vous donner mon exprience ! que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dvore les grands et la peine qu'ils ont remplir leurs journes ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait...
317 - Je recommande mon fils, s'il avait le malheur de devenir roi, de songer qu'il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu'il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommment tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j'prouve ; qu'il ne peut faire le bonheur des Peuples qu'en rgnant suivant les lois...
318 - Je prie MM. de Malesherbes, Tronchet et Desze, de recevoir ici tous mes remercments, et l'expression de ma sensibilit, pour tous les soins et les peines qu'ils se sont donns pour moi. Je finis en dclarant devant Dieu, et prt paratre devant lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancs contre moi.
295 - ne travaille que pour approcher de la rputation que vous avez acquise ; il est agrable de se reposer aprs tant de victoires.
216 - Comme sa passion l'obligea ne mettre la politique qu'en second dans sa conduite, d'hrone d'un grand parti elle en devint l'aventurire.
238 - C'tait une semence de guerres pour leurs successeurs. Pour faciliter la donation de cet usufruit, Lothaire II baisa les pieds du pape, et conduisit sa mule quelques pas. On croit que Lothaire est le premier empereur qui ait fait cette double crmonie.
298 - Pologne, le soutint contre l'lecteur de Saxe, fortement appuy par l'empereur Charles VI. Ce dernier souverain agit si efficacement pour le prince qu'il protgeait, que Stanislas fut oblig d'abandonner la couronne qui lui avait t dcerne, et de prendre la fuite. Louis XV. voulant se venger de cette disgrce sur l'empereur, s'unit avec l'Espagne et la Savoie contre l'Autriche.
316 - L'un des officiers municipaux me dit: Causez avec lui, nous n'couterons pas. Alors , j'assurai le roi que le prtre qu'il avait dsir allait venir. Il m'embrassa, et me dit: a La mort ne m'effraie pas, et j'ai la plus grande confiance