Mercure de France, 1

1789
 

 - 

.

-

144 - Mais, Sire, nous n'implorons point votre protection, ce serait offenser votre justice ; nous avons conu des craintes, et, nous l'osons dire, elles tiennent au patriotisme le plus pur, l'intrt de nos...
3 - Je me suis sans cesse occup de toutes les mesures propres rtablir la tranquillit dans Paris. J'avais, en consquence, donn ordre au prvt des marchands et aux officiers municipaux de se rendre ici , pour concerter avec eux les dispositions ncessaires.
10 - ... peuple, runis pour le salut commun, m'en est un sr garant; et, comptant sur l'amour et la fidlit de mes sujets, j'ai donn ordre aux troupes de s'loigner de Paris et de Versailles. Je vous autorise et vous invite mme faire connatre mes dispositions la capitale.
144 - ... et des scnes factieuses. Le danger, sire, est plus terrible encore; et jugez de son tendue par les alarmes qui nous amnent devant vous. De grandes rvolutions ont eu des causes bien moins clatantes ; plus d'une entreprise fatale aux nations s'est annonce d'une manire moins sinistre et moins formidable.
31 - ... j'accorde mes peuples. Ce n'est pas pour circonscrire votre zle dans le cercle que je vais tracer; car j'adopterai avec plaisir toute autre vue de bien public qui sera propose par les tats gnraux.
27 - Je dois au bien commun de mon royaume, je me dois moimme de faire cesser ces funestes divisions. C'est dans cette rsolution, Messieurs, que je vous rassemble de nouveau autour de moi; c'est comme le pre commun de tous mes sujets , c'est comme le dfenseur des lois de mon royaume, que je viens en retracer le vritable esprit et rprimer les atteintes qui ont pu y tre portes.
9 - Le chef de la nation vient avec confiance au milieu de ses reprsentants, leur tmoigner sa peine, et les inviter trouver les moyens de ramener l'ordre et le calme. Je sais qu'on a donn d'injustes prventions ; je sais qu'on a os publier que vos personnes n'taient pas en sret.
144 - Ne croyez pas ceux qui vous parlent lgrement de la nation , et qui ne savent que vous la reprsenter selon leurs vues : tantt insolente, rebelle, sditieuse; tantt soumise, docile au joug, prompte courber la tte pour le recevoir. Ces deux tableaux sont galement infidles. Toujours prts vous obir, sire, parce que vous commandez au nom des lois, notre fidlit est sans bornes comme sans atteinte.
37 - Vous venez , Messieurs , d'entendre le rsultat de mes dispositions et de mes vues ; elles sont conformes au vif dsir que j'ai d'oprer le bien public ; et si , par une fatalit loin de ma pense, vous m'abandonniez dans une si belle entreprise, seul , je ferai le bien de mes peuples ; seul , je me considrerai comme leur vritable reprsentant...
9 - Messieurs, je vous ai assembls pour vous consulter sur les affaires les plus importantes de l'État. Il n'en est pas de plus instante, et qui affecte plus sensiblement mon cur, que les dsordres affreux qui rgnent dans la capitale. Le chef de la...