uvres compltes de Voltaire: Études et documents biographiques. 1883

Garnier frres, 1880
 

 - 

.

-

3 - Le pass n'est pour nous qu'un triste souvenir; Le prsent est affreux, s'il n'est point d'avenir, Si la nuit du tombeau dtruit l'tre qui pense. Un jour tout sera bien, voil notre esprance : Tout est bien aujourd'hui, voil l'illusion.
132 - Mmoire raisonn sur la conduite des cours de Vienne et de Saxe et sur leurs desseins dangereux contre Sa Majest le Roi de Prusse, avec les pices originales et justificatives qui en fournissent les preuves,
349 - Cent jardins sont au-dessous de mon jardin. Le grand miroir du lac les baigne. Je vois toute la Savoie au del de cette petite mer, et, par del la Savoie, les Alpes qui s'lvent en amphithtre et sur lesquelles les rayons du soleil forment mille accidents de lumire. M. des Alleurs n'avait pas une plus belle vue Constantinople.
94 - Ainsi, l'addition d'un article rendrait, ce semble, la proposition plus exacte, et, au lieu de tout est bien, il vaudrait peut-tre mieux dire, le tout est bien, ou tout est bien pour le tout.
10 - Philosophes tromps qui criez : Tout est bien , Accourez, contemplez ces ruines affreuses, Ces dbris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses, Ces femmes, ces enfants l'un sur l'autre entasss, Sous ces marbres rompus ces membres disperss...
88 - Homme , prends patience , me disent Pope et Leibnitz , les maux sont un effet ncessaire de la nature et de la constitution de cet univers. L'Être ternel et bienfaisant qui le gouverne et voulu t'en garantir: de toutes les conomies possibles, il a choisi celle qui runissait le moins de mal et
130 - J'ai vu par hasard quelques articles de ceux qui se font, comme moi, les garons de cette grande boutique : ce sont, pour la plupart, des dissertations sans mthode. On vient d'imprimer dans un journal l'article Femme, qu'on tourne horriblement en ridicule. Je ne peux croire que vous ayez souffert un tel article dans un ouvrage si srieux : Chlo presse du genou un petit-matre, et chiffonne les dentelles d'un autre; il semble que cet article soit fait pour le laquais de Gil-Blas.
98 - Je ne puis m'empcher, monsieur, de remarquer ce propos une opposition bien singulire entre vous et moi dans le sujet de cette lettre. Rassasi de gloire, et dsabus des vaines grandeurs, vous vivez libre au sein de l'abondance; bien sr de votre immortalit, vous philosophez paisiblement sur la nature de l'me; et si le corps ou le cur souffre, vous avez Tronchin pour mdecin et pour ami : vous ne trouvez pourtant...
59 - Je ne suis , mademoiselle , qu'un vieux malade , et il faut que mon tat soit bien douloureux, puisque je n'ai pu rpondre plus tt la lettre dont vous m'honorez, et que je ne vous envoie que de la prose pour vos jolis vers. Vous me demandez des conseils , il ne vous en faut point d'autres que votre got ; l'tude que vous avez faite de la langue italienne doit encore fortifier ce got avec lequel vous tes ne, et que personne ne peut donner. Le Tasse...
199 - ... qui croient, avoir mesur la terre , et de ceux qui passent pour des hommes profonds, parce qu'ils ont dit qu'on fait des anguilles avec de la pte aigre. On plaint ce pauvre genre humain qui s'gorge dans notre continent propos de quelques arpens de glace en Canada.