uvres compltes de F. de La Mennais, 8

P. Daubre et Cailleux., 1837
 

 - 

.

-

337 - Sans pouvoir obliger personne les croire, il peut bannir de l'tat quiconque ne les croit pas ; il peut le bannir, non comme impie, mais comme insociable, comme incapable d'aimer sincrement les lois, la justice, et d'immoler au besoin sa vie son devoir. Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
337 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion, mais comme sentiments de sociabilit sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle.
114 - Église romaine, puiss-je m'oublier moi-mme ! que ma langue se sche et demeure immobile dans ma bouche, si tu n'es pas toujours la premire dans mon souvenir, si je ne te mets pas au commencement de tous mes cantiques de rjouissance...
104 - L'glise gallicane n'eut presque pas d'enfance ; pour ainsi dire en naissant elle se trouva la premire des glises nationales et le plus ferme appui de l'unit. Les Franais eurent l'honneur unique, et dont ils n'ont pas t beaucoup prs assez orgueilleux , celui d'avoir constitu (humainement...
337 - Or, il importe bien l'État que chaque Citoyen ait une Religion qui lui fasse aimer ses devoirs ; mais les dogmes de cette Religion n'intressent ni l'État ni ses membres qu'autant que ces dogmes se rapportent la morale et aux devoirs que celui qui la professe est tenu de remplir envers autrui.
408 - Qu'on me prouve aujourd'hui qu'en matire de foi je suis oblig de me soumettre aux dcisions de quelqu'un , ds demain je me fais catholique , et tout homme consquent et vrai fera comme moi.
357 - Monseigneur, quand nous disons qu'il existe en France des maisons soumises d'une manire plus ou moins directe l'Universit, et o les enfants sont levs dans l'athisme pratique et dans la haine du christianisme ? Dans un de ces horribles repaires du vice et de l'irrligion, on a vu trente lves aller ensemble la table sainte, garder l'hostie consacre, et par un sacrilge que les lois auraient autrefois puni, en cacheter les lettres qu'ils crivaient leurs parents.
117 - ... de France n'approuve pas l'opinion de ceux qui donnent atteinte ces dcrets, ou qui les affaiblissent, en disant que leur autorit n'est pas bien tablie, qu'ils ne sont point approuvs, ou qu'ils ne regardent que le temps du schisme.
315 - ... n'entends pas cela ; et sur ce seul fondement, on approuve et on rejette tout ce qu'on veut, sans songer qu'outre nos ides claires et distinctes, il y en a de confuses et de gnrales qui ne laissent pas d'enfermer des vrits si essentielles, qu'on renverserait tout en les niant. Il s'introduit, sous ce prtexte, une libert de juger qui fait que, sans gard la Tradition, on avance tmrairement tout ce qu'on pense.
144 - Q'un homme se mette dans l'esprit de fonder des rgles de droit et des maximes de gouvernement sur des cas bizarres et inous parmi les hommes! Mais coutons nanmoins, et voyons o l'on veut aller. Cette moiti de la ville, poursuit-il , n'est pas oblige de massacrer l'autre : on en demeure d'accord ; car on donne des bornes l'obissance active. Mais si ce souverain aprs cela a le droit de massacrer toute cette ville, sans qu'elle ait le droit de se dfendre, il est clair que le...