Voyage de la Grce, 5

Firmin Didot, pre et fils, 1827 - 636
 

 - 

.

-

23 - Dionysiaques, la fte pro chane des tabernacles, avec du froment de Juda, des laines teintes de Damas, des cannes succulentes et des parfums de Saba et de Rema (i). Nous sommes fidles nos engagements, et connus dans le com<c merce ds la plus haute antiquit.
363 - France. parts sans tre dfendue ni par des tours , ni par des murailles. Les Francs se mirent en chemin et se dirigrent sur cette ville, bannires dployes. A leur approche , les habitants informs de leur marche sortirent tous de la ville, grands et petits, tenant entre leurs mains des croix et des images des saints, et se soumirent ce chef champenois qui, en homme sage, les accueillit gracieusement...
9 - La campagne, et le bonheur d'y habiter, surpassaient toute autre jouissance, et l'agriculture place sous la protection des dieux, fut, malgr les applaudissements prodigus aux orateurs et aux potes, la principale occupation des habitants de l'Attique, ainsi que leur premier titre d'honneur. Hsiode, en chantant les travaux et les jours, avait consult le got national des Grecs, qui abandonnaient la pche et les arts mcaniques leurs esclaves. Quoique le commerce de la Thrace et du...
292 - Y^gamemnon de M. Npomucne Lemercier, sur le lieu de la scne o il place la tragique aventure du chef des Atrides; et je saluai la ville que nous quittions , en rptant ces vers qui retentiront sur le thtre franais aussi long-temps que ceux de Y Ores te de Voltaire : Salut, murs d'Argos ! palais ! patrie! O terre , o de Plops la race fut nourrie ! (Acte II, scne vu.) il ya de l'eau, dans le mont Parlhnius (i).
13 - Lampsaque, devant qui plus d'un ouvrier flcbit ensuite le genou , tant la superstition eut toujours d'empire sur l'esprit des mortels. Au milieu des plus rigoureux hivers les campagnes de l'Attique fournissaient les marchs de la capitale des fleurs du printemps , des fruits de l't et des dons de l'automne. On y vendait dans toutes les saisons des figues, des grenades, des raisins et des couronnes de violettes. La violette, Ion, tait la fleur nationale. Les Ioniens lui devaient leur nom...
9 - Cependant l'Attique tait couverte d'Eschaties ou manoirs, qui taient prfrs au sjour de la ville, et dont les propritaires taient des espces de seigneurs. La campagne, et le bonheur d'y habiter, surpassaient toute autre jouissance, et l'agriculture place sous la protection des dieux, fut, malgr les applaudissements prodigus aux orateurs et aux potes , la principale, occupation des habitants de l'Attique , ainsi que leur premier titre d'honneur. Hsiode, en chantant les travaux...
11 - Flllyrie grecque , couvraient le penchant des coteaux : d'autres taient cachs au fonds des valles avec des chapelles, des temples et des tombeaux, qui taient parfois fortifis, pour les mettre l'abri de la cupidit des plagiaires et des klephtes. Tous, entours de culture , rappelaient la Grce primitive , mais embellie par le gnie des arts. L'industrie avait fait renatre la fertilit sur les flancs des montagnes, en contenant les terres par des encaissements en maonnerie solide....
22 - ( qu'ils vendaient souvent tous fabriqus, car l'At tique n'eut jamais de bois de construction ), sont, disaient-ils, btis avec les sapins de Sanir. Un cdre du Liban en fait le mt, leurs rames sont de chne de Bazan , leurs voiles de lin d'Egypte , et leurs tendelets sont teints avec l'hyacinthe et la pourpre des les d'Élisa. Nous vous proposons, Athniens, de solder les vases d'airain que vous envoyez Tyr, contre le fer, l'tain et le plomb que les Cartha...
553 - Constance, nous a enseign le connatre. Il ne nous ya pas contraints. Il a donn de l'autorit ses prceptes, en nous faisant admirer ses oprations divines. Il ne veut point d'un consentement forc. Si l'on employait la violence pour tablir la vraie foi, les...
1 - JU'ATTIQDE tait le pays chri des dieux. On n'y voyait que des laboureurs qui la terre payait avec usure le prix de leurs travaux, et des pasteurs endormis au sein de l'abondance , qui ne se rveillaient qu' la voix des plaisirs. Spars des peuplades sauvages auxquelles Pallas avait donn la trompette , symbole de la guerre ( i ), ils ne comptaient que des jours de paix. Les biens taient communs entre eux , et chacun vivait content du ncessaire. L'ambition semblait bannie des treillages...