Lettres de la Marquise du Deffand Horace Walpole: depuis Comte d'Orford, crites dans les annes 1766 1780; auxquelles sont jointes des lettres de Mamade du Deffand Voltaire, crites dans les annes 1759 á 1775, 3

 

 - 

.

-

397 - Ce roi , plus grand que sa fortune ' , Ddaignait comme 'vous une pompe importune; On ne voyait jamais marcher devant son char D'un bataillon nombreux le fastueux rempart; Au milieu des sujets soumis...
103 - J'aime les noms propres aussi, je ne puis lire que des faits crits par ceux qui ils sont arrivs, ou qui en ont t tmoins; je veux encore qu'ils soient raconts sans phrases, sans recherches, sans rflexions; que l'auteur ne soit point occup de bien dire; enfin, je veux le ton de la conversation, de la vivacit, de la chaleur, et, par-dessus tout, de la facilit, de la simplicit. O cela se trouve-t-il? Dans quelques livres qu'on sait par cur, et qu'on n'imite pas assurment...
287 - J'ai envie de vous crire ; il me semble que je vous dois rendre compte de tout ce qui m'intresse; je ne sais pas trop pourquoi. Mademoiselle de Lespinasse est morte cette nuit, deux heures aprs minuit; c'aurait t pour moi autrefois un vnement , aujourd'hui ce n'est rien du tout.
209 - ADIEU, ce mot est bien triste ; souvenez-vous que vous laissez ici la personne dont vous tes le plus aim, et dont le bonheur et le malheur consistent dans ce que vous pensez pour elle.
283 - Lorsque je vous ai fait dire, monsieur, que le temps que j'avais rgl pour votre ambassade tait fini , je vous ai fait marquer en mme temps que je me rservais de vous accorder les grces dont vous tiez susceptible. Je rends justice votre conduite, et je vous accorde les honneurs du Louvre, avec la permission de porter le titre de duc. Je ne doute pas, monsieur, que ces grces ne servent redoubler, s'il est possible, le zle que je vous connais pour mon service. Vous pouvez montrer...
241 - C'est aprs un coup de boutoir de Walpole que la marquise lui adresse cette admirable lettre : Je pensais l'autre jour que j'tais un jardin dont vous tiez le jardinier; que, voyant l'hiver arriver, vous aviez arrach toutes les fleurs que vous jugiez n'tre pas de saison, quoiqu'il y en et encore qui n'taient pas entirement fanes, comme de petites violettes, de petites marguerites, et que vous n'aviez laiss qu'une certaine fleur qui n'a ni odur ni couleur, qu'on nomme immortelle,...
86 - ... toutes mes obligations ; mais je n'ai que vingt ans, et je n'ai pas toutes les connaissances qui me sont ncessaires : de plus , je ne puis voir aucun ministre, tous ayant vu le roi dans sa dernire maladie. La certitude que j'ai de votre probit et de votre connaissance profonde des affaires m'engage vous prier de m'aider de vos conseils. Venez donc le plus tt qu'il vous sera possible, et vous me ferez grand
354 - ... piti tous ceux qui en ont ; je ne comprends pas quels sont ses projets pour l'avenir, il ne s'embarrasse pas du lendemain. La plus extrme pauvret, l'impossibilit de payer ses dettes, tout cela ne lui fait rien. Le Fitzpatrick paratrait plus raisonnable, mais le Fox assure qu'il est encore plus indiffrent que lui sur ces deux articles ; cette trange scurit les lve, ce qu'ils croient, au-dessus de tous les hommes. Ces deux personnages doivent tre bien dangereux pour toute...
39 - L'amour et la fidlit dont nos curs sont remplis, nous rendent tous les jours plus affreuse une situation que nos sentiments connus pour votre majjest devaient nous faire esprer que nous n'prouverions jamais. La force et la vrit de notre attachement pour vous, nous ont dtermins rsister l'excution d'un projet dont le succs nous paraissait impossible. Rien ne prouve plus, Sire, l'intime persuasion o nous n'avons jamais cess d'tre que la soumission la plus entire...
394 - ... le voir ; il a lu ce qu'on a traduit de son histoire ; il en est charm ; il doit venir demain chez moi : j'ai pris mes mesures pour qu'il y trouve M. Gibbon. On ne parle ici que de l'empereur. Le hasard me l'a fait voir : je soupai lundi pass chez les Necker; j'y arrivai neuf heures et demie, l'empereur y tait depuis sept heures un quart; il avait t avec M. Necker environ deux heures, aprs lequel temps il passa chez madame Necker, qui avat chez elle MM.