Histoire de la Garde nationale de Paris, depuis d'poque de sa fondation jusqu' l'ordonnance du 29 avril 1827

A. Sautelet, 1827 - 534
 

 - 

.

-

87 - Sire , j'apporte votre majest les clefs de sa bonne ville de Paris ; ce sont les mmes qui ont t prsentes Henri IV. Il avait reconquis son peuple : ici c'est le peuple qui a reconquis son roi.
231 - Elle est peut-tre renverse ; mais vous ne recueillerez pas le fruit de votre parjure ! Vous ne vous tes point oppos par un acte formel aux victoires qui se remportaient en votre nom sur la libert ; mais vous ne recueillerez point le fruit de ces indignes triomphes ! Vous n'tes plus rien pour cette Constitution , que vous avez si indignement viole , pour ce peuple , que vous avez si lchement trahi ! ( Applaudissemens ritrs.
449 - ... depuis vingtsix ans offrent une sre garantie la libert, aux proprits, la tranquillit de la capitale et l'inviolabilit des reprsentants de la nation. ART. J>. Les ministres de la guerre, des relations extrieures, de la police et de l'intrieur sont invits se rendre sur-le-champ dans le sein de l'Assemble.
168 - Nous jurons d'tre jamais fidles la nation, la loi et au roi ; de maintenir de tout notre pouvoir la constitution dcrte par l'assemble nationale , et accepte par le roi...
22 - L'Assemble nationale arrte que, dans les cas susdits, elle prendra toutes les mesures ncessaires pour faire rechercher, poursuivre et punir ceux qui en seront les auteurs, instigateurs ou excuteurs.
66 - Instruit, depuis, de la formation d'une < garde bourgeoise, j'ai donn des ordres des officiers gnraux de se mettre la tte de cette garde, afin de l'aider de leur exprience et de seconder le zle des bons
26 - Si pourtant la prsence ncessaire des troupes dans les environs de Paris causait encore de l'ombrage, je me porterais, sur la demande de l'Assemble, transfrer les Etatsgnraux Noyon ou Soissons, et alors je me rendrais Compigne, pour maintenir la communication qui doit avoir lieu entre l'Assemble et moi.
114 - ... le serment de fidlit la nation , la loi , au roi et la constitution civile : ceux qui refuseraient devaient tre frapps de destitution.
19 - Le consentement particulier du clerg sera ncessaire pour toutes les dispositions qui pourraient intresser la religion, la discipline ecclsiastique, le rgime des ordres et corps sculiers et rguliers.
456 - Que le salut de la patrie exigeait que l'Empereur consentt ce que les deux Chambres nommassent une commission, qui serait charge de ngocier directement avec les puissances coalises, aux conditions de respecter l'indpendance nationale et le droit qu'a tout peuple de se donner les constitutions qu'il juge propos ; 2...