Science Du Publiciste, Ou Trait Des Principes Élmentaires Du Droit Considr Dans Ses Principals Divisions: Avec Des Notes Et Des Citations Tires Des Auteurs Les Plus Clbres, 6

Bossange, 1821
 

 - 

.

-

9 - Comme dans un État libre tout homme qui est cens avoir une me libre doit tre gouvern par lui-mme , il faudrait que le peuple en corps et la puissance lgislative ; mais comme cela est impossible dans les grands États, et est sujet beaucoup d'inconvnients dans les petits , il faut que le peuple fasse par ses reprsentants tout ce qu'il ne peut faire par lui-mme.
61 - Ainsi la puissance lgislative sera confie et au corps des nobles, et au corps qui sera 'choisi pour reprsenter le peuple, qui auront chacun leurs assembles et leurs dlibrations part, et des vues et des intrts spars.
414 - Les vertus qu'on nous y montre sont toujours moins ce que l'on doit aux autres que ce que l'on se doit soi-mme : elles ne sont pas tant ce qui nous appelle vers nos concitoyens que ce qui nous en dislingue.
265 - Si le corps lgislatif tait un temps considrable sans tre assembl, il n'y aurait plus de libert. Car il arriverait de deux choses l'une : ou qu'il n'y aurait plus de rsolution lgislative, et l'État tomberait dans l'anarchie; ou que ces rsolutions seraient prises par la puissance excutrice, et elle deviendrait absolue. Il serait inutile que le corps lgislatif ft toujours assembl. Cela serait incommode pour les reprsentants, et d'ailleurs occuperait trop la puissance excutrice,...
73 - L'on connat beaucoup mieux les besoins de sa ville que ceux des autres villes ; et on juge mieux de la capacit de ses voisins que de celle de ses autres compatriotes. Il ne faut donc pas que les membres du corps lgislatif soient tirs en gnral du corps de la nation; mais il convient que, dans chaque lieu principal, les habitants se choisissent un reprsentant.
343 - Les revenus de l'État sont une portion que chaque citoyen donne de .son bien pour avoir la sret de l'autre , ou pour en jouir agrablement.
344 - Il n'ya rien que la sagesse et la prudence doivent plus rgler que cette portion qu'on te et cette portion qu'on laisse aux sujets.
412 - L'ducation, qui consiste principalement vivre avec les autres, y est donc trs borne; elle se rduit mettre la crainte dans le cur, et donner l'esprit la connaissance de quelques principes de religion fort simples. Le savoir y sera dangereux, l'mulation funeste : et, pour les vertus, Aristote ne peut croire qu'il y en ait quelqu'une de propre aux esclaves; ce qui bornerait bien l'ducation dans ce gouvernement.
264 - Si la puissance lgislative statue , non pas d'anne en anne , mais pour toujours , sur la leve des deniers publics , elle court risque de perdre sa libert , parce que la puissance excutrice ne dependra plus d'elle, et quand on tient un pareil droit pour toujours , il est assez indiffrent qu'on le tienne de soi ou d'un autre.
392 - ÊGLE gnrale: on peut lever des tributs plus forts, proportion de la libert des sujets ; et l'on est forc de les modrer , mesure que k servitude augmente.