Essais de politique et de littrature, 3

Michel Levy frres, 1865
 

 - 

.

-

359 - ... inextinguible haine, et qui, demandant des aptres et des martyrs toute postrit qui se lve, trouve des aptres et des martyrs au sein de toutes les gnrations. Il ya un homme enfin, et le seul, qui a fond son amour sur la terre, et cet homme, c'est vous, Jsus! vous qui avez bien voulu me baptiser, me oindre, me sacrer dans votre amour, et dont le nom seul, en ce moment, ouvre mes entrailles et en arrache cet accent qui me trouble moi-mme, et que je ne me connaissais pas.
94 - Sera puni de la rclusion tout individu qui, volontairement, aura fait des blessures ou port des coups, s'il est rsult de ces sortes de violences une maladie ou incapacit de travail personnel pendant plus de vingt jours.
5 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion, mais comme sentimens de sociabilit sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle 2.
97 - Dans tous les cas o la peine de l'emprisonnement et celle de l'amende sont prononces par le Code pnal, si les circonstances paraissent attnuantes, les tribunaux correctionnels sont autoriss, mme en cas de rcidive, rduire l'emprisonnement mme au-dessous de six jours et l'amende mme au-dessous de seize francs : ils pourront aussi prononcer sparment l'une ou l'autre de ces peines, et mme substituer l'amende l'emprisonnement, sans qu'en aucun cas elle puisse tre audessous...
6 - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
359 - Il ya un homme poursuivi dans son supplice et sa tombe par une inextinguible haine, et qui, demandant des aptres et des martyrs toute postrit qui se lve, trouve des aptres et des martyrs au sein de toutes les gnrations. Il ya un homme enfin, et le seul, qui a fond son amour sur la terre, et cet homme, c'est vous, Jsus!
374 - Ils sont bien moi pourtant, ces livres ; je les ai tous choisis un un, rassembls la sueur de mon front, et je les aime tant ! Il me semble que, par un si long et si doux commerce, ils sont devenus comme une portion de mon me! Mais quoi! rien n'est stable en ce monde, et c'est notre faute si nous n'avons pas appris de nos livres eux-mmes mettre au-dessus de tous ces biens qui passent et que le temps va nous emporter...
351 - ... exigeait de vous des prires pour bnir, dans le roi, le chef de la libert d'une grande nation. Il a fait cela devant la loi qui dclare que les cultes sont libres; et qu'est-ce qu'un culte libre si son temple ne l'est pas, si son autel ne l'est pas, si l'on peut y apporter de la boue les armes la main? Il a fait cela la moiti des Franais, lui, ce sous-prfet...
114 - Peuples de la terre, chantez. Jrusalem renat plus charmante et plus belle. D'o lui viennent de tous cts Ces enfants qu'en son sein elle n'a point ports?
358 - C'est fini, c'est jamais fini, et telle est l'histoire de l'homme dans l'amour. Je me trompe, messieurs, il ya un homme dont l'amour garde la tombe ; il ya un homme dont le spulcre n'est pas seulement glorieux, comme l'a dit un prophte, mais dont le spulcre est aim. 11 ya un homme dont la cendre, aprs dix-huit sicles, n'est pas refroidie; qui, chaque jour, renat dans la pense...