Mmoires de Bailly,: avec une notice sur sa vie, des notes et des claircissemens historiques,

Baudouin Frres, imprimeurs-libraires, Rue de Vaugirard, no 36., 1822
 

 - 

.

-

438 - Nul homme ne peut tre accus, arrt, ni dtenu que dans les cas dtermins par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expdient, excutent ou font excuter des ordres arbitraires, doivent tre punis ; mais tout citoyen appel ou saisi en vertu de la loi doit obir l'instant ; il se rend coupable par la rsistance.
438 - Toute socit dans laquelle la garantie des droits n'est pas assure, ni la sparation des pouvoirs dtermine, n'a point de constitution.
439 - La proprit tant un droit inviolable et sacr, nul ne peut en tre priv, si ce n'est lorsque la ncessit publique, lgalement constate, l'exige videmment, et sous la condition d'une juste et pralable indemnit.
358 - Tout ce que je vois jette les semences d'une rvolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'tre tmoin. Les Franais arrivent tard tout, mais enfin ils arrivent; la lumire s'est tellement rpandue de proche en proche, qu'on clatera la premire occasion et alors ce sera un beau tapage; les jeunes gens sont bien heureux, ils verront de belles choses.
438 - La libre communication des penses et des opinions est un des droits les plus prcieux de l'homme. Tout citoyen peut donc parler , crire , imprimer librement ; sauf rpondre de l'abus de cette libert dans les cas dtermins par la loi.
437 - La libert consiste pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas autrui. Ainsi , l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la socit la jouissance de ces mmes droits. Ces bornes ne peuvent tre dtermines que par la loi.
437 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme.
437 - La loi est l'expression de la volont gnrale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs reprsentants, sa formation. Elle doit tre la mme pour tous, soit qu'elle protge, soit qu'elle punisse.
2 - ... et leurs caresses, et leurs exhortations, et leurs prsents; dites-lui que, toute la nuit, ces satellites trangers, gorgs d'or et de vin, ont prdit dans leurs chants impies l'asservissement de la France, et que leurs vux brutaux invoquaient la destruction de l'Assemble nationale; dites-lui que, dans son palais mme, les courtisans ont ml leurs danses au son de cette musique barbare, et que telle fut l'avant-scne de la Saint-Barthlemy.
438 - Nul ne doit tre inquit pour ses opinions , mme religieuses , pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public tabli par la loi.