Correspondance secrete, politique & littraire, ou Mmoires pour servir l'histoire des cours, des socits & de la littrature en France, depuis la mort de Louis XV.

Chez John Adamson, 1787

 - 

.

-

393 - Ce Marmontel si long, si lent, si lourd, Qui ne parle pas, mais qui beugle, Juge la peinture en aveugle, Et la musique comme un sourd. Ce pdant si sotte mine Et de ridicules bard, Dit qu'il a le secret des beaux vers de Racine. Jamais secret ne fut si bien gard.
341 - ... lorfqu'enfin , arriv quelque peuplade, je ne voyois dans le march public , que quelques mauvaifes racines ; alors je ne doutois plus d'tre chez un peuple malheureux, froce ou efclave. Il ne m'eft jamais arriv d'tre dans le cas de rformer cette premire ide...
283 - ... ceux qui mprisent la grce du style ne les connoissent pas assez, et ne sont pas assez jaloux de leur tre utiles. Ils entendent encore mal l'intrt de leur rputation : ils pensent; mais n'ayant pas le talent, peut-tre plus rare encore, d'crire avec cet agrment, ce nombre et cette harmonie dont le charme est irrsistible, ils rendent mal leurs penses, et sont bientt oublis.
306 - Enfant de l'art, enfant de la nature, Sans prolonger les jours j'empche de mourir: Plus je suis vrai, plus je fais d'imposture; Et je deviens trop jeune force de vieillir.
123 - ... pas difficult d'avouer qu'il lui avoit les plus grandes obligations littraires; jamais il n'a vu , dans les auteurs les plus mdiocres , que leurs cts louables. Au milieu de cette fiert dans fes principes, j'ofe affirmer qu'il ignoroit fa force , & ne fe voyoit qu' travers le voile de la modeflie.
368 - ... M. le comte de Maurepas, pour aller servir comme volontaire sur la flotte de M. le comte d'Orvilliers, prvoyant qu'il y aura encore moins de guerre sur terre cette anne que la dernire. Vous portez, madame, un nom familiaris avec la gloire militaire ; comme femme, vous aimez celle de notre sexe.
283 - Un jour viendra que le nom de ce savant mdecin , dj presque ignor parmi nous, sera entirement effac de la mmoire des hommes , tandis que la voix de l'crivain enchanteur qui a fait natre des fleurs dans un terrain riche la vrit , mais hriss de ronces et d'pines, qu'il a dfrich , sera entendue dans l'avenir.
135 - Naissez, fils de l'État, pour le voir triomphant! Grand Dieu ! tu ne veux point, dshonorant nos armes, Troubler, par le deuil et les larmes, Les ftes qu'on prpare ce royal enfant. Non, gnreux guerriers, cet enfant vous prsage, Et la faveur du ciel et des lauriers certains : Cette pe en fureur, qui s'agite en vos mains, Lui doit la mer pour apanage. Nuit qui sauvas l'Anglais...
340 - ... habitans. Dans ce cas , il n'eft pas de moyen plus court pour fe former d'abord une ide gnrale de la nation, chez laquelle on fe trouve , que de jetter les yeux fur les marchs publies , & fur les campagnes.
157 - L'ouverture s'en fait de grand matin par un coup de canon. Dans ce moment tous les Bateaux partent , & s'avancent dans la Mer, prcds de...