Revue des questions historiques, 50

Gaston Louis Emmanuel Du Fresne marquis de Beaucourt, Paul Allard, Jean Guiraud
Librairie de Victor Palm, 1891
 

 - 

.

-

548 - Favorites ; et leurs caresses et leurs exhortations et leurs prsents' ; dites-lui que toute la nuit ces satellites trangers, gorgs d'or et de vin, ont prdit, dans leurs chants impies, l'asservissement de la France, et que leurs vux brutaux invoquaient la destruction de l'Assemble nationale ; dites-lui que dans son palais mme, les courtisans ont ml leurs danses au son de cette musique barbare, et que telle fut l'avant-scne de la Saint-Barthlemy.
520 - J'arrive de Versailles. M. Necker est renvoy. Ce renvoi est le tocsin d'une Saint-Barthlemy de patriotes. Ce soir tous les bataillons suisses et allemands sortiront du Champ de Mars pour nous gorger ; il ne nous reste qu'une ressource, c'est de courir aux armes et de prendre des cocardes pour nous reconnatre.
546 - J'avais, eu consquence, donn ordre au prvt des marchands et aux officiers municipaux de se rendre ici pour concerter avec eux les dispositions ncessaires. Instruit depuis de la formation d'une garde bourgeoise, j'ai donn des ordres des officiers gnraux de se mettre la tte de cette garde, afin de l'aider de leur exprience, et de seconder le zle des bons citoyens. J'ai galement ordonn que les troupes qui sont au Champ de Mars s'cartent de Paris.
547 - Instruit depuis )) de la formation d'une garde bourgeoise , j'ai donn des ordres des officiers gnraux de se mettre la tte de cette garde , afin de l'aider de leur exprience , et de seconder le zle des bons citoyens. J'ai galement ordonn que les troupes qui sont au Champ-de-Mars s'cartent de Paris. Les inquitudes que vous me tmoignez sur les dsordres de cette ville , doivent tre dans tous les curs et affectent vivement le mien.
547 - Messieurs , vous dchirez mon cur de plus en plus par le rcit que vous me faites des malheurs de Paris : il n'est pas possible de croire que les ordres qui ont t donns aux troupes en soient la cause. Vous savez la rponse que j'ai faite votre prcdente dputation ; je n'ai rien y ajouter.
540 - Elle s'est rendue avant mme d'tre attaque. Elle s'est rendue sur la parole que j'ai donne, foi d'officier franais, et de la part du peuple, qu'il ne serait fait aucun mal personne si on se rendait.
529 - Nation ne refusant point d'en payer les intrts, nul pouvoir n'a le droit de prononcer l'infme mot de banqueroute, nul pouvoir n'a le droit de manquer la foi publique sous quelque forme et dnomination que ce puisse tre ; Enfin, l'Assemble...
547 - Elle fait part aux lecteurs des deux rponses qu'elle a reues. Elle renouvellera demain les mmes dmarches ; elle les fera plus pressantes encore, s'il est possible : elle ne cessera de les rpter, et de tenter de nouveaux efforts, jusqu' ce qu'ils aient eu le succs qu'elle a droit d'attendre , et de la justice de la rclamation , et du cur du roi, lorsque des impressions trangres n'en arrteront plus les mouvements.
514 - Il n'y aurait que des gens malintentionns qui pussent garer mes peuples sur les vrais motifs des mesures de prcaution que je prends : j'ai constamment cherch faire tout ce qui pouvait tendre leur bonheur, et j'ai toujours lieu d'tre assur de leur amour et de leur fidlit.
549 - ... de ramener l'ordre et le calme. Je sais qu'on a donn d'injustes prventions ; je sais qu'on a os publier que vos personnes n'taient pas en sret.