Jean-Jacques Rousseau et le sicle philosophe

V. Palm, 1870 - 425
 

 - 

.

-

307 - Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple, et dont l'excution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer mes semblables un homme dans toute la vrit de la nature, et cet homme, ce sera moi. Moi seul. Je sens mon cur, et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus; j'ose croire n'tre fait comme aucun de ceux qui existent.
389 - La libert consiste pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la socit la jouissance de ces mmes droits. Ces bornes ne peuvent tre dtermines que par la loi.
242 - Trouver une forme d'association qui dfende et protge de toute la force commune la personne et les biens de chaque associ, et par laquelle chacun, s'unissant tous, n'obisse pourtant qu' lui-mme, et reste aussi libre qu'auparavant a . Tel est le problme fondamental dont le contrat social donne la solution.
389 - Les reprsentants du peuple franais, constitus en ASSEMBLÉE NATIONALE, considrant que l'ignorance, l'oubli ou le mpris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont rsolu d'exposer, dans une dclaration solennelle, les Droits naturels, inalinables et sacrs de l'homme...
396 - Le but de la socit est le bonheur commun. Le gouvernement est institu pour garantir l'homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles.
248 - A l'instant, au lieu de la personne particulire de chaque contractant, cet acte d'association produit un corps moral et collectif, compos d'autant de membres que l'assemble a de voix, lequel reoit de ce mme acte son unit, son moi commun, sa vie et sa volont 1.
392 - Les secours publics sont une dette sacre. La socit doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'exister ceux qui sont hors d'tat de travailler.
390 - Nul ne doit tre inquit pour ses opinions , mme religieuses , pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public tabli par la loi.
136 - ... c'est vous qui me rendez le sjour de mon pays insupportable ; c'est vous qui me ferez mourir en terre trangre, priv de toutes les consolations des mourants, et jet, pour tout honneur, dans une voirie ; tandis que tous les honneurs qu'un homme peut attendre vous accompagneront dans mon pays. Je vous hais enfin, puisque vous l'avez voulu; mais je vous hais en homme encore plus digne de vous aimer, si vous l'aviez voulu.
285 - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes, il a menti devant les lois.