Causes clbres de tous les peuples: Livraisons 1 a 25

H. Lebrun, 1858
 

 - 

.

26 - ... j'ai cherch les connatre scrupuleusement, les dtester et m'humilier en sa prsence, ne pouvant me servir du ministre d'un prtre catholique. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite et surtout le repentir profond que j'ai d'avoir mis mon nom (quoique cela ft contre ma volont...
2 - ... fut conome, juste, svre ; il s'y montra toujours l'ami constant du peuple. Le peuple dsirait la destruction d'un impt dsastreux qui pesait sur lui, il le dtruisit. Le peuple demandait l'abolition de la servitude ; il commena par l'abolir lui-mme dans ses domaines. Le peuple sollicitait des rformes dans la lgislation criminelle, pour l'adoucissement du sort des accuss ; il fit ces rformes. Le peuple voulait que des milliers de Franais, que la rigueur de nos usages avait...
26 - Dieu de me pardonner tous mes pchs ; j'ai cherch les connatre scrupuleusement , les dtester et m'humilier en sa prsence. Ne pouvant me servir du ministre d'un prtre catholique, je prie Dieu de recevoir...
22 - Vous avez attendu d'tre press par une rquisition faite au ministre Lajard , qui l'assemble lgislative demandait d'indiquer quels taient ses moyens de pourvoir la sret, extrieure de l'tat, pour proposer , par un message, la leve de quarante-deux bataillons 5 les Prussiens s'avanaient de nos frontires.
24 - J'ignore si la Convention donnera Louis XVI un conseil pour le dfendre, et si elle lui en laisse le choix ; dans ce cas-l, je dsire que Louis XVI sache que, s'il me choisit pour cette fonction, je suis prt m'y dvouer.
41 - ... prs les tribunaux de premire instance, d'y tenir la main; tous commandants et officiers de la force publique, de prter main-forte lorsqu'ils en seront lgalement requis. En foi de quoi le prsent jugement a t sign par le prsident de la cour (ou du tribunal) et par le greffier.
26 - Paris, par ceux qui taient mes sujets, et priv de toute communication quelconque , mme depuis le 1o du courant avec ma famille , de plus impliqu dans un procs dont il est impossible de prvoir l'issue , cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prtexte ni moyen dans aucune loi existante ; n'ayant que Dieu pour tmoin de mes penses , et auquel je puisse m'adresser, je dclare ici en sa prsence mes dernires volonts et mes sentimens.
29 - ... depuis que la nation a aboli la royaut , il n'ya plus rien prononcer sur Louis ; mais je parle aussi au peuple lui-mme; et Louis a trop cur de dtruire les prventions qu'on lui a inspires , pour ne pas s'imposer une tche surabondante, et ne pas se faire un devoir de discuter tous les faits qu'on lui a imputs.
29 - J'ai examiner ici les principes sous deux points de vue : Sous le point de vue o Louis se trouvait plac avant l'abolition de la royaut ; Et sous celui o il se trouve plac depuis que cette abolition a t prononce. En entrant dans cette discussion je trouve d'abord le dcret par lequel la Convention nationale a dcid que Louis serait jug par elle, et je n'ignore pas l'abus que quelques esprits, plus ardens peut-tre que rflchis , ont prtendu faire de ce dcret.
26 - France, tant depuis plus de quatre mois enferm avec ma famille dans la tour du Temple, Paris , par ceux qui taient mes sujets, et priv de toute communication quelconque, mme depuis le onze du courant, avec ma famille ; de plus impliqu dans un procs dont il est impossible de prvoir l'issue cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prtexte ni...