Collection des mmoires relatifs l̓histoire de France...

 

 - 

.

-

211 - Affectatur praecipue asperitas soni et fractum murmur, objectis ad os scutis, quo plenior et gravior vox repercussu intumescat.
357 - ... que mestier en aurez et vous nous en requerrez. Item que ou cas que nul autre seigneur,
181 - L estoit messire Hue le despensier pennon, et l estoit bannire et pennon le sire de Beaumont, messire Hue de Caurele, et messire Guillaume Hel men; et pennon sans bannire, messire Thomas
197 - ... et ayeul, qui est la forme ordinaire de justifier une noblesse simple, mais encore par les quatre quartiers ou lignes. Cecy se faisoit en montrant que leur ayeul et ayeule paternels , ayeul et ayeule maternels, estoient nobles. Ce qui se prouve par le plan de la...
129 - mandons nous que l'ordenance dessusdite vous faciez crier et publier solempnellement sans delay par les lieux de vostre garde , o vous saurez qu'il sera faire, et de dfendre de par nous que nuls ne soit si hardy sur la peine dessusdite...
358 - ... conn, vous aiez la moiti entierement. Item ou cas que nous saurions aucune chose qui vous peust porter aucun dommage, ou blasme, nous le vous ferons savoir, et vous en accointerons le plustost que nous pourrons. Item garderons vostre corps nostre pooir, comme nostre frere. Et nous Ollivier seigneur de Clicon, voulons estre alliez, et nous al...
343 - Constantinople pour secourir l'un l'autre ; qu'il faillit (3) qu'ilz et chacun de leurs gens d'une part et d'autre se feissent seigner , et que de leur sang ilz donnassent boire l'un l'autre en signe de fraternit, disans qu'ilz estoient freres , et d'un sang. Et ainsi le convint faire entre noz gens et les gens d'icelui chevalier, et meslerent de leur sang avecques du vin, et en buvoient l'un l'autre : et disoient lors, qu'ilz estoient freres d'un sang.
208 - Le cry d'armes n'est autre chose qu'une clameur conceu en deux ou trois paroles, prononce au commencement ou au fort du combat et de la mle, par un chef ou par tous les soldats ensemble, suivant les rencontres et les occasions ; lequel cry d'armes estoit particulier au gnral de l'arme , ou au chef . de chaque troupe.
194 - Car en vain on demanderoit ce titre, s'il n'estoit pas plus eminent que celui de la simple noblesse. Mais comme il ya plusieurs opinions sur ce sujet, il est propos d'en faire la dduction, et de les discuter toutes, avant que de m'engager plus avant sur cette matire.
175 - Quand un bachelier, dit un crmonial , a grandement servi et suivi la guerre , et qu'il a terre assez , et qu'il puisse avoir gentilshommes ses hommes, et pour accompagner sa bannire, il peut licitement lever bannire , et non autrement ; car nul homme ne doit lever bannire en bataille s'il n'a du moins cinquante hommes d'armes, tous ses hommes, et les archers et...