Histoire critique et militaire des guerres de la Rvolution: rdige sur de nouveaux documens, et augm. dúngrand nombre de cartess et de plans, 1-2

Anselin et Pochard, 1820
 

 - 

.

-

366 - La Convention nationale dclare, au nom de la nation franaise, qu'elle accordera fraternit et secours tous les peuples qui voudront recouvrer leur libert et charge le pouvoir excutif de donner aux gnraux les ordres ncessaires pour porter secours ces peuples et dfendre les citoyens qui auraient t vexs ou qui pourraient l'tre pour la cause de la libert.
350 - La guerre ne peut tre dcide que par un dcret du corps lgislatif, rendu sur la proposition formelle et ncessaire du roi , et sanctionn par lui.
266 - Majests, les moyens les plus efficaces relativement leurs forces, pour mettre le roi de France en tat d'affermir, dans la plus parfaite libert, les bases d'un gouvernement monarchique, galement convenable aux droits des souverains et au bien-tre de la nation franaise.
359 - ... qui auront combattu contre les troupes des deux cours allies, et qui seront pris les armes la main, seront traits en ennemis et punis comme rebelles leur roi et comme perturbateurs du repos public ; 5...
272 - ... votre main de souscrire une acceptation que votre cur rejette , que votre intrt et celui de vos peuples repoussent, et que votre devoir de roi vous interdit expressment , nous protesterions la face de...
266 - Sa Majest l'empereur et Sa Majest le roi de Prusse, ayant entendu les dsirs et les reprsentations de Monsieur et de M. le comte d'Artois, se dclarent conjointement qu'elles regardent la situation o se trouve actuellement le roi de France comme un objet d'un intrt commun tous les souverains de l'Europe.
272 - Princes de votre sang qui nous sont runis, serait commune toute la maison de Bourbon qui ses droits ventuels la Couronne imposent le devoir d'en dfendre l'auguste dpt. Nous protesterions pour Vous-mme, SIRE, en protestant pour vos Peuples, pour la religion, pour les maximes fondamentales de la monarchie, et pour tous les Ordres de l'État.
278 - ... tranquillit publique et la loi que j'ai accepte. Je crois que les motifs qui m'ont dtermin doivent avoir le mme empire sur vous. Je vous invite donc suivre mon exemple. Si, comme je n'en doute pas, le bonheur et la tranquillit de la France vous sont chers, vous n'hsiterez pas concourir par votre conduite les faire renatre : en faisant cesser les inquitudes qui agitent les esprits, vous contribuerez au rtablissement de l'ordre, vous assurerez l'avantage aux opinions...
360 - Que les habitants des villes, bourgs et villages , qui oseraient se dfendre contre les troupes de Leurs Majests Impriale et Royale, et tirer sur elles, soit en rase campagne, soit par les fentres, portes et ouvertures de leurs maisons, seront punis surle-champ suivant la rigueur du droit de la guerre, et leurs maisons dmolies ou brles.
322 - Votre constitution est un anathme ternel aux trnes absolus. Tous les rois doivent donc har votre constitution ; elle fait leur procs , elle prononce leur sentence , elle semble leur dire chacun : Demain, tu ne seras plus , ou tu ne seras roi que par le peuple. Cette vrit a retenti dans le cur de Lopold ; il cherche en reculer le fatal moment.