Tablettes chronologiques de l'histoire universelle, sacre et profane, ecclsiastique et civile: depuis la cration du monde jusqu' l'anne 1808, 1

chez Manget et Cherbuliez, 1808 - 1695
 

 - 

.

-

ii - ... depuis l'origine du monde ? Cependant c'est ce point imperceptible que se bornent nos connaissances, si nous n'appelons notre secours l'tude de l'histoire, qui nous ouvre tous les sicles et tous les pays ; qui nous fait entrer en commerce avec tout ce qu'il ya eu de grands hommes dans l'antiquit ; qui nous met sous les yeux toutes leurs actions, toutes leurs entreprises, toutes leurs vertus, tous leurs dfauts ; et qui, par les sages rflexions qu'elle nous fournit ou qu'elle nous...
iii - Egyptiens, o les princes comme les particuliers taient cits et jugs aprs leur mort, et que par avance, elle leur montre la sentence qui dcidera pour toujours de leur rputation. Enfin, c'est elle qui imprime aux actions vritablement belles le sceau de l'immortalit, et qui fltrit les vices d'une note d'infamie que tous les sicles ne peuvent effacer. C'est par elle que le mrite mconnu pour un temps, et la vertu opprime, appellent au tribunal incorruptible de la postrit,...
ii - ... qui nous met sous les yeux toutes leurs actions, toutes leurs entreprises, toutes leurs vertus, tous leurs dfauts; et qui, par les sages rflexions qu'elle nous fournit ou qu'elle nous donne lieu de faire, nous procure en peu de temps une prudence anticipe, fort suprieure aux leons des plus habiles matres. On peut dire que l'histoire est l'cole...
iii - ... l'homme, et qu'elle seule le rend vritablement grand et estimable. Elle apprend respecter cette vertu, et en dmler la beaut et l'clat travers les voiles de la pauvret, de l'adversit, de l'obscurit, et mme quelquefois du dcri et de l'infamie, comme...
ii - ... les servitudes de la royaut ; leur faire entendre en quoi consiste leur vritable gloire ; leur reprsenter que, s'ils veulent bien remonter jusqu' l'origine de leur institution , ils verront clairement qu'ils sont pour les peuples, et non les peuples pour eux ; les avertir de leurs dfauts; leur faire craindre le juste jugement de la postrit, et dissiper...
iii - Ainsi l'histoire quand elle est bien enseigne, devient une cole de morale pour tous les hommes. Elle dcrie les vices, elle dmasque les fausses vertus, elle dtrompe des erreurs et des prjugs populaires, elle dissipe le prestige enchanteur des richesses, et de tout ce vain clat qui blouit les hommes, et dmontre par mille exemples plus persuasifs que tous les raisonnements, qu'il n'ya de grand et de louable que l'honneur et la probit. De l'estime et de l'admiration que les plus...
iii - Ainsi l'histoire , quand elle est bien enseigne , devient une cole de morale pour tous les hommes. Elle dcrie les vices , elle dmasque les fausses vertus ; elle dtrompe des erreurs et des prjugs populaires; elle dissipe le prestige enchanteur des richesses et de tout ce vain clat qui blouit les hommes; et dmontre, par mille exemples plus persuasifs que tous les raisonnements, qu'il n'ya de grand et de louable que l'honneur et la probit. De l'estime et de l'admiration que les...
ii - ... voix au milieu de ce tumulte et de ce bruit confus? Comment osera-t-elle leur montrer les devoirs et les servitudes de la royaut; leur faire entendre en quoi consiste leur vritable gloire; leur reprsenter que s'ils veulent bien remonter jusqu' l'origine de leur institution, ils verront clairement qu'ils sont pour les peuples, et non les peuples pour...
ii - ... aux leons des plus habiles matres. On peut dire que l'histoire est l'cole commune du genre humain, galement ouverte et utile aux grands et aux petits, aux princes et aux sujets, et encore plus ncessaire aux grands et aux princes qu' tous les autres ; car comment, travers cette foule de flatteurs qui les assigent de toutes parts, qui ne cessent de les louer et de les admirer, c'est-dire de les corrompre et de leur empoisonner l'esprit et le cur ; comment, dis-je, la timide...
iii - ... vices d'une note d'infamie que tous les sicles ne peuvent effacer. C'est par elle que le mrite mconnu pour un temps, et la vertu opprime, appellent au tribunal incorruptible de la postrit, qui leur rend avec ddommagement la justice que leur sicle leur a quelquefois refuse, et qui, sans .respect pour les personnes, et, sans crainte d'un pouvoir qui n'est plus, condamne avec une svrit inexorable l'abus injuste de l'autorit. Il n'est point d'ge, point de condition, qui...