Oeuvres compltes de Boileau accompagnes de notes historiques et littraires et prcdes d'une tude sur sa vie et ses ouvrages, 1

Garnier frres, 1870
 

 - 

.

-

23 - L'esprit de l'homme est naturellement plein d'un nombre infini d'ides confuses du vrai, que souvent il n'entrevoit qu' demi; et rien ne lui est plus agrable que lorsqu'on lui offre quelqu'une de ces ides bien claircie et mise dans un beau jour. Qu'est-ce qu'une pense neuve, brillante, extraordinaire ? Ce n'est point, comme se le persuadent les...
xxii - Je sais un paysan qu'on appelait Gros-Pierre, Qui, n'ayant pour tout bien qu'un seul quartier de terre, Y fit tout l'entour faire un foss bourbeux, Et de Monsieur de l'Isle en prit le nom pompeux.
cdxxiii - M'inspira ds quinze ans la haine d'un sot livre; Et sur ce mont fameux o j'osai la chercher, Fortifia mes pas et m'apprit marcher.
24 - S'est souill lchement. Il en rougit, le tratre! Toutes les glaces du nord ensemble ne sont pas , mon sens , plus froides que cette pense. Quelle extravagance , bon Dieu ! de vouloir que la rougeur du sang dont est teint le poignard d'un homme qui vient de s'en tuer lui-mme soit un effet de la honte qu'a ce poignard de l'avoir tu!
ccli - L'air, ni l'esprit franais l'antique Italie ; Et, sous des noms romains faisant notre portrait, Peindre Caton galant et Brutus dameret.
cxlvi - M. de La Fontaine a pris la vrit son sujet d'Arioste; mais en mme temps il s'est rendu matre de sa matire : ce n'est point une copie qu'il ait tire un trait aprs l'autre sur l'original; c'est un original qu'il a form sur l'ide qu'Arioste lui a fournie. C'est ainsi que Virgile a imit Homre; Trence, Mnandre; et le Tasse, Virgile.
cxcix - Mon pre, ne me pressez point." Le Pre continue. Enfin Despraux le prend par le bras, et le serrant bien fort, lui dit: "Mon Pre, vous le voulez. Eh bien!
16 - II serait inutile maintenant de nier que le pome suivant a t compos l'occasion d'un diffrend assez lger, qui s'mut dans une des plus clbres glises de Paris, entre le trsorier et le chantre ; mais c'est tout ce qu'il ya de vrai. Le reste, depuis le commencement jusqu' la fin, est une pure fiction ; et tous les personnages y sont...
cclii - Aimez donc la raison : que toujours vos crits Empruntent d'elle seule et leur lustre et leur prix.
clix - Ces peuples d'ailleurs ont leur dieu et leur roi. Les grands de la nation s'assemblent tous les jours une certaine heure, dans un temple qu'ils nomment glise. Il ya au fond de ce temple un autel consacr leur dieu, o un prtre clbre des mystres qu'ils appellent saints, sacrs et redoutables. Les grands...