Histoire de la Rvolution franaise, 1

M. Lvy, 1850
 

 - 

.

-

86 - La libre communication des penses et des opinions est un des droits les plus prcieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, crire, imprimer librement, sauf rpondre de l'abus de cette libert dans les cas dtermins par la loi.
120 - ... mauvaise foi, vous avez entendu nagure ces mots forcens : Catilina est aux portes de Rome, et l'on dlibre ! Et certes, il n'y avait autour de nous ni Catilina, ni prils, ni factions, ni Rome... Mais aujourd'hui la banqueroute, la hideuse banqueroute est l ; elle menace de consumer, vous, vos proprits, votre honneur... et vous dlibrez!
208 - ... de la seule manire qui puisse convenir la dignit de la religion, et au caractre de l'Assemble nationale, dcrte qu'elle ne peut ni ne doit dlibrer sur la motion propose, et qu'elle va reprendre l'ordre du jour concernant les biens ecclsiastiques.
86 - La loi est l'expression de la volont gnrale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs reprsentants, sa formation. Elle doit tre la mme pour tous, soit qu'elle protge, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens tant gaux ses yeux, sont galement admissibles toutes dignits, places et emplois publics, selon leur capacit et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
20 - QU'EST-CE QUE LE TIERS ÉTAT1? Le plan de cet crit est assez simple. Nous avons trois questions nous faire : 1* Qu'est-ce que le tiers tat ? Tout. 2 Qu'at-il t jusqu' prsent dans l'ordre politique? Rien. 3 Que demande-t-il ? A y devenir quelque chose.
207 - L'Assemble nationale, considrant qu'elle n'a et ne peut avoir aucun pouvoir exercer sur les consciences et sur les opinions religieuses ; que la majest de la religion et le respect profond qui lui est d ne permettent...
44 - Arrte que tous les membres de cette assemble prteront, l'instant, serment solennel de ne jamais se sparer, et de se rassembler partout o les circonstances l'exigeront, jusqu' ce que la constitution du royaume soit tablie et affermie sur des fondements solides...
130 - Je suis fort aise d'avoir donn des drapeaux la garde nationale de Versailles. La nation et l'arme doivent tre attaches au roi, comme nous le leur sommes nous-mmes. J'ai t enchante de la journe de jeudi.
286 - Oui, le secret de cette infernale procdure est enfin dcouvert; il est l tout entier; il est dans l'intrt de ceux dont le tmoignage et les calomnies en ont form le tissu; il est dans les ressources qu'elle a fournies aux ennemis de la rvolution; il est il est dans le cur des juges, tel qu'il sera bientt burin dans l'histoire par la plus juste et la plus implacable vengeance.
46 - Je vous ordonne, Messieurs, de vous sparer tout de suite, et de vous rendre demain matin chacun dans les Chambres affectes votre ordre, pour y reprendre vos sances. J'ordonne, en consquence, au grand-matre des crmonies de faire prparer les salles.