Le livre des principes ou plan nouveau d'ducation

J. Renouard, 1849 - 380
 

 - 

.

235 - Toute puissance m'a t donne dans le ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Pre, et du Fils, et du Saint-Esprit...
82 - Il s'agit, en outre, de savoir lequel des deux modles l'auteur de l'univers a suivi, si c'est le modle immuable et toujours le mme, ou si c'est le modle qui a commenc. Si le monde est beau et si celui qui l'a fait est excellent , il l'a fait videmment d'aprs un modle ternel; sinon (ce qu'il n'est pas mme permis de dire) il s'est servi du modle prissable. Il est parfaitement clair qu'il s'est servi du modle ternel; car le monde est 14 plus belle des choses qui ont un commencement,...
334 - Elle consistait montrer, par la suite de l'histoire, la religion aussi ancienne que le monde, Jsus-Christ attendu dans l'Ancien Testament, et Jsus-Christ rgnant dans le nouveau : c'est le fond de l'instruction chrtienne.
122 - ... toute la foi possible, jusqu' transporter les montagnes, si je n'ai point la charit, je ne suis rien. Et quand...
122 - Elle ne se rjouit point de l'injustice , mais elle se rjouit de la vrit. Elle tolre tout , elle croit tout , elle espre tout, elle souffre tout.
157 - Si le pied disait : Puisque je ne suis pas la main, je ne suis pas du corps; ne serait-il point pour cela du corps?
65 - En lui tait la vie, et la vie tait la lumire des hommes ; et la lumire luit dans les tnbres, et les tnbres ne l'ont pas comprise.
323 - Il est vrai que le temprament du cerveau des enfants leur donne une admirable facilit pour l'impression de toutes ces images ; mais quelle attention d'esprit ne faut-il pas pour les discerner et pour les attacher chacune son objet ! Considrez encore combien, ds cet ge, les enfants cherchent ceux qui les flattent, et fuient ceux qui les contraignent; combien ils savent crier ou se taire pour avoir ce qu'ils souhaitent; combien ils ont dj d'artifice et de jalousie.
122 - Et quand j'aurais le don de prophtie, que je pntrerais tous les mystres et que j'aurais une parfaite science de toutes choses...
333 - Il ne faut pas s'imaginer qu'on veuille engager les gens s'enfoncer dans la science, quand on leur propose toutes ces histoires; elles sont courtes, varies, propres plaire aux gens les plus grossiers. Dieu, qui connat mieux que personne l'esprit de l'homme, qu'il a form, a mis la religion dans des faits populaires, qui, bien loin de surcharger les simples, leur aident concevoir et retenir les mystres.