صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

JOURNAL POLITIQUE

POLITIQUE

DE

BRU X E L L E S.

[ocr errors]

POLOGNE. De Varsovie, le 12 Février 1788. Les dernières dépêches de l'Ukraine portent, que le 27 janvier une bande d'environ 400 Bohémiens & Vallaques furprit nuitamment la douane de Balta fur les frontières Ottomanes, tua le Caisfier & deux autres Employés , & emporta 39,000 florins en argent comptant. Ce brigandage ayant été dénoncé au Général Bielak , qui se trouvoit dans le voifinage, il détacha 300 Cavaliers qui pour suivirent les voleurs jusques sur le territoire Ottoman, où les ayant atteints & attaqués, ils en prirent 200, rapporterent l'argent volé , , & en sus environ 60,000 Aorins qu'ils trouvèrent dans leur caisse. Les Turcs , inftruits du motif de cette pourluite, non-seulement ne s'y

No. 11. 15 Mars 1788.

4

font point opposés, mais ont offert encore leur affiftance en toute occasion pareille.

ALLEMAGNE.

De Vienne, le 26 Février, Le Gouvernement a reçu de nouvelles dépêches du Général de Vins, Commandant du Corps d’armée en Croatie ; elles sont datées du 19, confirment les petits évènemens que nous avons rapportés, & ajoutent à ce récit quelques particularités ultérieures. « La prise de Dresnik par le. Colonel Peharnik , dit le. Général de Vins, a fait prendre à l'arınée une autre position ; fon aile droité s'étend jusqu'au pied des montagnes de Plislivicza, de forte qu'actuellement le passage à Bihacz eft

L'attaque de Sturlich, exécu. tée en même temps que celle de Dresnik, par le Lieutenant-Colonel de Rukavina fut très-vive. Les Turcs , sommés de se rendre, firent feu; ce qui aigrit tellement nos troupes , qu'elles pouflèrent l'attaque avec tant de vivacité, que le fort fut bientột emporté : tous les Turcs, fans exception, furent tués. Le nombre des morts & blessés, de notre côté, monte à environ 50; le Lieutenant-Colonel & le SousLieutenant Drassenowick se trouvent parmi ces derniers, - L'attaque du château

ouvert.

de Dubiza a écé infructueuse ; le Lieute. nant Colonel de Knesevick, qui en étoit chargé, fut obligé de se retirer & de repasser la rivière d'Unna. 87 hommes , tant Officiers que Soldats, ont été tués de notre côté ; le nombre des blessés eft de 354 hommes. »

Les dernières dépêches de Péterwaràdin, du 16 février, apprenoient que l'on continuoit encore les attaques contre la forteresse de Gradiska. Aujourd'hui, on dit cette place emportée. ..Le départ de l'Empereur & de l'Archiduc François de Toscane paroît aujourd'hui fixé du 27 de ce mois au jer. mars. La Chancellerie de guerre & ses Bureaux le rendent la semaine prochaine au quartier général à Futack. Le Prince Charles de Lichtenstein a fait prendre les devans à ses équipages de campagne ; les 19 bataillons nouveaux qui paffent en Hongrie, formeront fous ses ordres un Corps parriculier. Malgré le nombre de nos forces aduelles, l'Empereur vient d'exiger des Erats de Hongrie 46,000 recrues. La Bohêne , la Gallicie font également assujetties à une nouvelle levée. Notre Capitale est obligée de fournir 2000 recrues. Les troupes du quartier de l'Inn font en marche pour se rendre à la grande armée; il ne reste à Scharding qu'un bataillon

eu

d'Invalides , & l'on enrôle tout ce qui est en état de porter les armes, sans excepter même les hommes mariés. On presume qu’on tentera d'attaquer à la fois, au mois de mars, Belgrade, Choczim, Bihacz, &c. Sans la plus grande célérité , accompagnée de succès, la campagne pourroit devenir très-dangereuse, même pár l'immensité de troupes qui vont se jeter sur les Ottomans,

Le 18, l'Empereur a tenu un Conseil extraordinaire qui a duré plus de 8 heures. Tous les Ministres & les Chefs de Départemens y avoient été appelés. Le Maréchal de Haddick , en la qualité de Préfident du Conseil de la guerre, ne quittera point cette Capitale. M. de Laudhon n'est pas encore assez bien rétabli pour se mettre à la tête d'une armée ; ainsi l'on ne doute plus que celle de Hongrie ne soit commandée en chef par le FeldtMaréchal Comte de Lascy.

On apprend de Trieste que l'on a abandonné le projet de fortifier le château & le môle, & que pour mettre cette place en fûreté, il a été décidé d'établir des batteries flottantes par-tout où elles seront jugées nécessaires à sa défense. - On assure que de pareilles batteries seront ftationnées dans les ports de Fiume, Bucchari, Zeng & Porto-Ré, &c.

De Francfort-sur-le-Mein, le ier. Mars.

Les gens avides de nouvelles se font un jeu d'en répandre chaque jour, qui n'ont pas l'ombre de vraisemblance. Depuis que l'Empereur a déclaré la guerre à la Porte Ottomane, on entretient le Public crédule de batailles, d'a&ions. sanglantes , de prises de forteresses,&c. & on ne fonge pas que l'hiver , & sur-tout le mauvais temps, général dans toute l'Europe, renderit impossibles les entreprises importantes. Depuis plus de deux mois la température est fi variable, que les gens les plus âgés ne se souviennent pas d'un pareil hiver. S'il neige un jour , il pleut l'autre ; la neige, les gelées, les pluies se succèdent avec une rapidité incroyable ; les rivières débordent, les chemins font devenus impraticables : malgré cela, on fait marcher de grands - Corps d'armée , on imagine des combats ; mais comment transporter du canon & tous les actirails nécessaires à la guerre ? Soyons de bonne foi, & réduisons ces grands faits , prises de forteresses importantes , à quelques escarmouchés, à l'occupation, de quelques petits forts ou retranchemens sur la frontière. Avant le mois d'aviil on ne pourra rien entreprendre d'im

[ocr errors]

ces

« السابقةمتابعة »