صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

mans, inquiétés par de nouvelles requisitions? Quels qu'aient été les motifs secrets de ce voyage, on étoit loin d'en prévoir la suite immédiate. A peine l'Impératrice de Russie rentroit dans son palais de Pétersbourg, que son Envoyé à Constantinople étoit enfermé, la mer Noire couverte de vaisseaux Ottomans, les troupes du Grand Scigneur en marche, & la guerre portée sur ce territoire qui venoit de retentir d'acclamations triomphales. De quelque manière qu'on envisage cette politique de la Porte, on ne peut guère fe déguiser que dix ans d'épreuves & d'inquiétudes n'aient enfin amené sa dernière résolution. Elle a été con. duite depuis un an, avec une activité, avec une prévoyance, & en même temps avec une patience fine, bien contraires à l'opinion des Européens sur la nonchalance des Ottomans. Jusqu'ici, il est yrai, ils n'ont pas tiré de l'heureuse position où ils avoient su fe placer , les avantages décisifs qu'ils efpéroient. Les succès & les pertes font balances entre les deux Empires.; flu&uation qui ne peut être longue, & à laquelle faccéderont vraisemblablement des faits d'armes plus considérables. Suivant les premières apparences, peu de guerres auront été plus fariglantes. Les Ottomans désespérés de leur humiliation précédente, avertis par de nouveaux dangers, se rendront difficilement à des néa gociations pacifiques , qui ne leur rendroient si l'honneur ni la sureté.

[ocr errors][ocr errors]

JOURNAL POLITIQUE

BE

BRUXELLE S.

TUR QUI E. De Constantinople, leis

Novembre 1787 A NOTRE étonnement, 42 voiles de notre flotte de la mer Noire font rentrées à Bujuckderé, dans le canal, le 26 o&obre. Ce retour inopiné s'étant fait sans ordres & sans néceslité, le Public a partagé le mécontentement du Gouvernement. Le Vice-Amirat Halan-Bey a été d'abord arrêté & confiné à Synope ; ensuite on l'a fait revenir, on l'a interrogé de nouveau, & étranglé le 12. On s'attend que la flotte remettra bientôt à la voile sous un autre Commandant. Les opérations du Pacha d'Oczakof ayant également trompé l'attente du Grand Visir, le bruit court que ce Commandant étant rappelé, le KislarAgal hy (Chef des Eunuques noirs) est allé à la rencontre , & lui a demandé la tête au nom du Grand Seigneur. Le Mufti eft déposé,& remplacé par le Cadileskier de RouEnelie.

Suivarit les rapports du Miniftère, nous n'avons perdu dans la dernière campagne qu'un seul vaisseau de ligne, auquel le feu prit par une imprudence, & qui fauta en l'air avec 240 hommes de l'équipage. On travaille avec activité à la conftru&ion de plusieurs vaisseaux de guerre, trois desquels, dont l'un de 80 canons, seront lancés au premier jour.

Le Capitan-Pacha arrivé d'Egypte à l'isle de Rhodes, a fait demander à S.H, selon l'usage, la permission de se rendre ici; un Capigi-Baschi lui a cout de suite porté les ordres du Grand Seigneur , & le 12 il eft entré dans le port avec son Elcadre de 26. voiles, une abondance de provisions, & de grosses sommes d'argent. Sa présence, à ce qu'on croit, amènera des changemens, dans les opérations & dans la politique du Ministère.

Le point invariable dont on femble décidé à ne pas se départir , est l'indépendance de la Crimée , & le refus de toute Celfion ou indemnités, en cas que les deux Cours Impériales en fiffent les conditions d'un accommodeinenz. Telle est , à ce qu'on présume , la réponse, ferme & uniforme qui a été rendue sur les der. nières lettres du Cabinet de Vienne. Quoique les promesses & les négociations duffent nous tranquilliser, en appa

a y

fence, sur les vues de cette Cour, on en fuit tous les mouvemens; on est très bien inftruit de toutes ses opérations militaires, & la prudence a diaé les ordres envoyés à nos Commandans en Servie & en Bulgárie. On a fait passer de la Macédoine dans la Roumelie, tous les Janissaires en état de faire la guerre, & 25,000 recrues.

Le Divan a reçu depuis quelques jours l'agréable nouvelle que les Tartares se sont emparés de la forteresse de Taman & de Temerof dans la Circalfie, & qu'ils ont fait prisonniers de guerre 1,800 hommes de troupes Ruffes. Cette place est trèsimportante , tant par sa position sur la mer d'Azof, que par fon port aussi large qu commode.

POLO GN E. De Varsovie , le 11 Décembre. Le Pacha de Choczim a notifié officiellement au Comte Potocki, Comman. dant de nos troupes en Ukraine, l'arrivée, sous huitaine, du Khan de Crimée avec 30 mille Tartares qui s'arrêteroient trente jours sur la frontière , après quoi cette armée entreroit en Pologne, pour éloigner

les Russes des frontièreş Ottomanes. Cette déclaration & ce délai font des ménagemens pour la République, & l'invitent à la réflexion. On peut croire que cette nouvelle apportée à S. M., a

confterné les bons Citoyens, & même ceux qui ne le font pas, Quelques-uns de ces derniers, néanmoins, affe&ent de braver les menaces de la Porte, & de la traiter déjaen ennemie. Quoique le Comte Polocki ait garni quelques passages de chevaux de frise & de foffés, & qu'il ait, presque entièrement à ses dépens,élevétrois redoutes vis-à-vis de Choczim, près de Szwaniec, ces foibles préparatifs ne disipent pas les inquiétudes générales. L'opposition d'avis n'est pas moins grande que celle d'intérêts

. A l'idée d'envoyer une Députation amicale å la Porte, a succédé celle d'une Diète extraordinaire, puis d'une Confé. dération générale. Malheureusement celle-ci, à laquelle on parle de donner deux Chefs dévoués au Parti qui s'eft livré aux Russes, ne seroit que partielle , & par conséquent peu légitime. Divers Magnats puiffans se préparent à lui opposer, li elle a lieu, une autre Confédération.

A cette crise se joint encore la crainte d'une famine immédiate dans plufieurs Palatinats

. Ceux de Volhynie, de Podolie, de Kiovie & de Bracklau, ont envoyé ici urie Députation au Roi & au Conseil Permanent. Ces Députés ont exprimé leur indignation des défordres & des violences qui accompagnoient les fourninitures exigées par les Ruffes:; , ils ont

« السابقةمتابعة »