uvres compltes de Voltaire, avec des notes et une notice sur la vie de Voltaire, 1-2

Chez Firmin-Didot Frres, 1843
 

 - 

.

-

293 - Je ne vous peindrai point le tumulte et les cris, Le sang de tous cts ruisselant dans Paris, Le fils assassin sur le corps de son pre, Le frre avec la sur, la fille avec la mre, Les poux expirant sous...
511 - Le pass n'est pour nous qu'un triste souvenir; Le prsent est affreux, s'il n'est point d'avenir, Si la nuit du tombeau dtruit l'tre qui pense. Un jour tout sera bien, voil notre esprance : Tout est bien aujourd'hui, voil l'illusion.
283 - Je chante ce hros qui rgna sur la France Et par droit de conqute et par droit de naissance...
294 - Mais ce que l'avenir aura peine comprendre, Ce que vous-mme encore peine vous croirez, Ces monstres furieux de carnage altrs, Excits par la voix des prtres sanguinaires, Invoquaient le Seigneur en gorgeant leurs frres , Et, le bras tout souill du sang des innocents, Osaient offrir Dieu cet excrable encens. O combien de hros indignement prirent ! Rnel et Pardaillan chez les morts descendirent ; Et vous, brave Guerchy ; vous, sage Lavardin, Digne de plus de vie et d'un...
490 - Et que, disciple sage, il prtendit savoir Quel est l'tat de l'homme, et quel est son devoir ; Sur ce grand intrt, sur ce point qui nous touche, Celui qui savait tout ouvrit alors la bouche ; Et dictant d'un seul mot ses dcrets solennels : Aimez Dieu, lui dit-il, mais aimez les mortels.
287 - Aux murs de Westminster * on voit paratre ensemble Trois pouvoirs tonns du nud qui les rassemble, Les dputs du peuple, et les grands, et le roi, Diviss d'intrt, runis par la loi ; Tous trois membres sacrs de ce corps invincible, Dangereux lui-mme, ses voisins terrible*.
216 - Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin, Est toujours, quoi qu'il fasse, un mchant crivain.
505 - Notre cur gar, sans guide et sans appui, Est brl de dsirs ou glac par l'ennui. Nul de nous n'a vcu sans connatre les larmes. De la socit les secourables charmes Consolent nos douleurs au moins quelques instants : Remde encor trop faible des maux si constants, Ah ! n'empoisonnons pas la douceur qui nous reste.
316 - D'olive et de lauriers mls leurs pavots. Louis en ce moment prenant son diadme , Sur le front du vainqueur il le posa lui mme...
491 - J'ai fait quelques ingrats, et ne l'ai point t. Certain lgislateur1, dont la plume fconde Fit tant de vains projets pour le bien de ce monde, Et qui depuis trente ans crit pour des ingrats, Vient de crer un mot qui manque Vaugelas : Ce mot est bienfaisance : il me plat ; il rassemble, Si le cur en est cru, bien des vertus ensemble.