Lettres sur la religion

Charles Douniol, 1869 - 319
 

 - 

.

-

35 - Pense absolue dans le systme de la nature et dans le systme de l'histoire. Tout l'exprime et la manifeste, la logique comme la philosophie de la nature> et celle-ci aussi bien que la philosophie de l'esprit. Les noms changent avec les termes du rapport, mais le rapport qui fait la loi est immuable et identique. Dans la logique, ce sera l'universel, le particulier et l'individuel, ou l'tre, le nant et le devenir, ou la notion, le jugement et le raisonnement. Dans la philosophie de la nature,...
215 - Que ne nous diraient-ils pas de leur erreur sur la bont native de l'homme et de leur douleur quand une sinistre lumire est venue frapper leurs yeux ! C'est un cruel mcompte d'avoir rv le bonheur de l'humanit , et de se rveiller pour la voir plonge dans le sang et les larmes ; mais avoir rv sa vertu, son innocence, et tomber tout coup dans ses mauvaises passions dchanes , le mcompte est plus cruel encore. Le spectacle des misres humaines navre l'me; celui des vices...
246 - Cette division comprendra donc les faits ou les modes et actes de cette vie spirituelle dont les caractres se trouvent si visiblement empreints, pour qui sait les voir, dans le premier, le plus beau, le plus divin, le seul divin des livres de philosophie, dans le code des chrtiens, dans toutes les paroles de Jsus-Christ telles qu'elles nous ont t conserves dans les Évangiles et dans les crits qui nous les ont transmises avec l'esprit qui les inspira.
240 - Jsus lui dit: Ne me touche pas; car je ne suis pas encore mont vers mon Pre. Mais va trouver mes frres, et dis-leur que je monte vers mon Pre et votre Pre, vers mon Dieu et votre Dieu.
70 - ... monde la formule ternelle, universelle, absolue, savante, populaire, pratique,, de la loi de justice : formule rigoureuse et prcisment scientifique, qui est au monde moral, au monde social, ce qu'est au monde astronomique l'attraction et sa loi. 11 dit : Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le pour eux. Voil la loi et les prophtes.
82 - ... ses principes. Elle a toujours lev les mes, pur les sentiments, rgl les volonts. Elle a mme souvent inspir les intelligences, surtout quand elle tait, comme le christianisme, une grande et profonde doctrine; elle ne les a jamais mancipes. Son principe d'ducation est l'autorit, son moyen l'obissance, son but la vertu et la saintet, non la libert. Quand par hasard le sentiment de celle-ci entre dans l'me humaine la suite de l'ducation religieuse, il n'en...
196 - Nourris dans le sein d'une philosophie et d'une religion admirables, nous cherchons peu savoir ce qu'elles valent, et nous ignorons les immenses services qu'elles nous rendent. Nous en jouissons, tout en tant trop souvent indiffrents ou mme ingrats envers elles.
43 - ... et le sensible, l'tre et le devenir, l'universel et l'individuel ; mais il fait du second de ces termes un dveloppement superflu, une chute, une dgradation du premier. Bien plus, au-dessus de l'individuel et de l'universel...
118 - La doctrine qui vient d'tre signale n'est pas encore le dernier terme de cette grande rforme qui s'est appele le christianisme libral. En abandonnant la science et la critique le dogme et l'histoire, les docteurs de cette rforme conservent le principe de l'une ou de l'autre, le Dieu rel et personnel de la thologie et le Christ rel de la tradition.
45 - Dieu, au point de vue de l'unit, ne s'aperoit pas qu'elle supprime partout l'[re, la vie, la substance, et quelle ne laisse dans le monde vide et silencieux que des abstractions. Et si le noplatonisme comble ce vide, s'il restitue au monde l'tre, la vie, la substance, c'est en sacrifiant sa mthode un principe tranger, la doctrine tout orientale de l'manation. Et alors cette unit ineffable, inintelligible, qui contient toute forme , toute essence , sans en affecter aucune ,...