Correspondance littraire, philosophique et critique, adresse a un souverain d' Allemagne ...

 

 - 

.


-

193 - Ah ! le beau livre ! s'cria-t-elle. Sire, vous avez donc confisqu ce magasin de toutes les choses utiles, pour le possder seul et pour tre le seul savant de votre royaume.
419 - Sa Majest s'accommode si bien de moi, qu'elle a quelquefois la bont de m'appeler deux heures plus tt que je ne voudrais me lever. La reine entre dans ces plaisanteries; mais cependant je n'ai point encore attrap la confiance qu'elle avait aux femmes de chambre pimontaises. J'en suis tonne, car je la sers mieux qu'elles, et je suis sre qu'elles ne lui laveraient point les pieds et qu'elles ne la dchausseraient point aussi proprement que je fais.
418 - ... rponse. Il en prsenta un autre au cardinal de Portocarrero , et ne fut point cout. Il s'adressa au prsident de Castille, et ce ministre lui dit qu'il ne pouvait rien ; enfin au duc d'Harcourt, et le duc refusa de se mler de son affaire. Quel gouvernement, Messieurs! dit Velasco; un roi qui ne parle pas! un cardinal qui n'coute pas! un prsident de Castille qui ne peut pas ! et un ambassadeur de France qui ne veut pas! Ce mot devint le sujet de toutes les conversations.
399 - ... ils pourraient tenir ses prtentions ; son impolitesse et son inconsidration, l'tat de princesse; sa scheresse et ses distractions, celui de savante; son rire glapissant, ses grimaces et ses contorsions, celui de jolie femme. Tant de prtentions satisfaites n'auraient cependant pas suffi pour la rendre aussi fameuse qu'elle voulait l'tre : il faut, pour tre clbre, tre clbre ; c'est quoi elle est parvenue en devenant matresse dclare de M. de Voltaire....
387 - L'ne vint son tour, et dit : J'ai souvenance Qu'en un pr de moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pr la largeur de ma langue ; Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
243 - Yillars, o tait sa belle-fille. Le parterre tait fou; il a cri la duchesse de Villars de me baiser , et il a tant fait de bruit, qu'elle a t oblige d'en passer par-l , par l'ordre de sa belle-mre.
28 - Il ya des nuances de dlicatesse et d'honntet dans le rle du comte et dans celui de Rosine , qui sont vraiment prcieuses, et que notre parterre est bien loin de pouvoir sentir et apprcier. Je ne doute nullement que le Barbier de Sville n'et eu le plus grand succs; mais M.
416 - II est beau , dit-il , de voir le marchal de Saxe, aprs tant de victoires, conserver une entire dfrence pour un ami dont les lumires avaient souvent dirig ses entreprises; il l'est encore plus de voir le marchal de Noailles s'appliquer en silence lui combiner de grands desseins et lui abandonner toute la gloire du succs... Une preuve moins grave de la confiance du marchal de Saxe pour M. de Noailles , mais qui nous parat assez originale pour nous permettre de la rapporter...
285 - On est dans un sicle o les remdes nuisent au moins autant que les vices. Savez-vous ce que c'est? L'poque est venue de la chute totale de l'Europe et de la transmigration en Amrique. Tout tombe en pourriture ici: religion, lois, arts, sciences : et tout va se rebtir neuf en Amrique.
268 - L'Éternel a bris son tonnerre inutile ; Et, d'ailes et de faux dpouill dsormais, Sur les mondes dtruits le Temps dort immobile.