Archives parlementaires de 1787 1860: recueil complet des dbats lgislatifs et politiques des chambres franaises

1869
 

 - 

.

-

256 - Je prie MM. de Malesherbes, Tronchet et Desze, de recevoir ici tous mes remercments, et l'expression de ma sensibilit, pour tous les soins et les peines qu'ils se sont donns pour moi. Je finis en dclarant devant Dieu, et prt paratre devant lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancs contre moi.
256 - Je recommande mon fils, s'il avait le malheur de devenir roi, de songer qu'il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu'il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommment tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j'prouve; qu'il ne peut faire le bonheur des peuples qu'en rgnant suivant les lois...
256 - ... les lois ; mais en mme temps, qu'un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cur, qu'autant qu'il a l'autorit ncessaire, et qu'autrement, tant li dans ses oprations, et n'inspirant point de respect, il est plus nuisible qu'utile.
256 - Je sais qu'il ya plusieurs personnes, de celles qui m'taient attaches, qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles le devaient, et qui ont mme montr de l'ingratitude; mais je leur pardonne ( souvent, dans les moments de trouble et d'effervescence, on n'est pas le matre de soi ), et je prie mon fils, s'il en trouve l'occasion, de ne songer qu' leur malheur.
255 - Ne pouvant me servir du ministre d'un prtre catholique, je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite, et surtout le repentir profond que j'ai d'avoir mis mon nom ( quoique cela ft contre ma volont) des actes qui peuvent tre contraires la discipline et la croyance de l'Eglise catholique, laquelle je suis toujours rest sincrement uni de cur.
255 - ... du courant , avec ma famille ; de plus impliqu dans un procs dont il est impossible de prvoir l'issue cause des passions des hommes , et dont on ne trouve aucun prtexte ni moyen dans aucune loi existante, n'ayant que Dieu pour tmoin de mes penses et auquel je puisse m'adresser, je dclare ici en sa prsence mes dernires volonts et mes sentiments.
255 - Dieu de recevoir la ferme rsolution o je suis, s'il m'accorde vie, de me servir aussitt que je le pourrai du ministre d'un prtre catholique pour m'accuser de tous mes pchs, et recevoir le sacrement de pnitence.
255 - Je pardonne de tout mon cur ceux qui se sont faits mes ennemis , sans que je leur en aie donn aucun sujet , et je prie Dieu de leur pardonner , de mme qu' ceux qui , par un faux zle ou par un zle mal entendu , m'ont fait beaucoup de mal.
256 - Dans la situation o sont encore les choses , je craindrais de les compromettre, si je parlais plus explicitement; mais je recommande spcialement mon fils, de chercher les occasions de pouvoir les reconnatre. Je croirais calomnier cependant les sentimens de la nation , si je ne recommandais ouvertement mon fils MM.