Oeuvres compltes de Voltaire: Correspondance

Hachette, 1862
 

 - 

.

-

229 - C'est vous, ce sont vos ouvrages qui ont produit cette rvolution dans les esprits. L'hlpole de la bonne plaisanterie a ruin les remparts de la superstition, que la bonne dialectique de Bayle n'a pu abattre. Jouissez de votre triomphe; que votre raison domine longues annes sur les esprits que vous avez clairs; et que le patriarche de Fcrney, le coryphe de la vrit, n'oublie pas le vieux solitaire de Sans-Souci.
124 - Ici gt, ou plutt frtille, Voisenon, frre de Chaulieu. A sa muse vive et gentille Je ne prtends point dire adieu ; Car je m'en vais au mme lieu, Comme un cadet de la famille.
40 - Chaque peuple son tour a brill sur la terre, Par les lois, par les arts, et surtout par la guerre; Le temps de l'Arabie est la fin venu.
236 - Shakespeare' 1 ; c'est moi qui le premier montrai aux Franais quelques perles que j'avais trouves dans son norme fumier. Je ne m'attendais pas que je servirais un jour fouler aux pieds les couronnes de Racine et de Corneille, pour en orner le front d'un histrion barbare.
286 - Le secrtaire juif nomm Gune n'est pas sans esprit et sans connaissances, mais il est malin comme un singe, il mord jusqu'au sang en faisant semblant de baiser la main.
228 - Nous avons appris galement ici le dplacement de quelques ministres franais. Je ne m'en tonne point. Je me reprsente Louis XVI comme une jeune brebis entoure de vieux loups : il sera bien heureux s'il leur chappe.
19 - Tout vers, toute phrase qui a besoin d'explication, ne mrite pas qu'on l'explique. Un auteur est plein de sa pense; il la rime comme il peut; il s'entend, et il croit se faire entendre. Il ne songe pas qu'un mot hors de sa place, ou un mot impropre, peut rendre son discours impertinent, quelque ingnieux qu'il puisse tre.
428 - Son admiration pour Voltaire tait un sentiment vrai et sans aucune ostentation; il adorait ses talents comme il aimait sa personne, avec la plus grande sincrit. Il jouissait vritablement de ses confidences et de ses succs, il n'en...
386 - En voici les raisons : On ne trouve dans nos contres aucun catholique lettr, si ce n'est parmi les jsuites; nous n'avions personne capable de tenir les classes; nous n'avions ni pres de l'Oratoire ni piaristes...
235 - Il ne daigne pas mme nommer Corneille et Racine ; ces deux grands hommes sont seulement envelopps dans la proscription gnrale, sans que leurs noms soient prononcs. Il ya dj deux tomes imprims de ce Shakspeare = qu'on prendrait pour des pices de la Foire, faites il ya deux cents ans.