Histoire naturelle, 1 1

P. Didot l'ain ... et Firmin Didot, 1799
 

 - 

.

-

49 - Ne vaut-il pas mieux faire suivre le cheval , qui est solipde, par le chien , qui est fissipde , et qui a coutume de le suivre en effet, que par un zbre qui nous est peu connu, et qui n'a peut-tre d'autre rapport avec le cheval que d'lrc solipde? D'ailleurs, n'y at-il pas le mme inconvnient pour les diffrences dans cet arrangement que dans le ntre ? Un lion , parce qu'il est fissipde, ressemble-t-il un rat, qui est aussi fissipde.
15 - La premire vrit qui sort de cet examen srieux de la nature est une vrit peut-tre humiliante pour l'homme ; c'est qu'il doit se ranger lui-mme dans la classe des animaux...
74 - ... relatives. Ce qu'on appelle vrits mathmatiques se rduit donc des identits d'ides et n'a aucune ralit; nous supposons, nous raisonnons sur nos suppositions, nous en tirons des consquences, nous concluons, la conclusion ou dernire consquence est une proposition vraie, relativement notre supposition, mais cette vrit n'est pas plus relle que la supposition elle-mme.
lxxvi - Buffon, ds que rompant ses voiles, Et fugitive du cercueil, De ces palais peupls d'toiles Ton me aura franchi le seuil, Du sein brillant de l'Empyre Tu verras la France plore T'offrir des honneurs immortels, Et le Temps, vengeur lgitime, De l'envie expier le crime, Et l'enchaner tes autels. Moi, sur...
74 - ... suppositions que nous ayons faites, elles ne sont appuyes que sur des faits. Une suite de faits semblables, OU , si l'on veut , une rptition frquente et une succession non interrompue des mmes vnemens, fait l'essence de la vrit physique; ce qu'on appelle vrit physique n'est donc qu'une probabilit, mais une probabilit si grande., qu'elle quivaut une certitude.
110 - ... un terrain penchant : or , je dis que ces couches ont t formes, peu peu et non pas tout d'un coup , par quelque rvolution que ce soit , parce que nous trouvons souvent des couches de matire plus pesante , poses sur des couches de matire beaucoup plus lgre ; ce qui ne pourroit tre, si, comme le veulent quelques auteurs , toutes ces matires...
79 - ... ici o l'union des deux sciences mathmatique et physique peut donner de grands avantages ; l'une donne le combien , et l'autre le comment des choses ; et, comme il s'agit ici de combiner et d'estimer des probabilits pour juger si un effet dpend plutt d'une cause que d'une autre , lorsque vous avez imagin par la physique le comment , c'est--dire , lorsque vous avez vu qu'un tel effet...
lxxiv - Fuyant le jour et le plaisir, Va filer son trsor liquide Dans un mystrieux loisir. La nymphe s'enferme avec joie Dans ce tombeau d'or et de soie Qui la voile aux profanes yeux , Certaine que ses nobles veilles Enrichiront de leurs merveilles Les rois , les belles , et les dieux.
lxix - C'est l'hommage de sa terreur : Que peut sur l'clat de ta vie Son obscure et lche fureur? Olympe , qu'assige un orage , Ddaigne l'impuissante rage Des aquilons tumultueux : Tandis que la noire tempte Gronde ses pieds , sa noble tte Garde un calme majestueux. Pensais-tu donc que le gnie...
94 - ... des terrains submergs, des cavernes combles ; nous trouvons des matires pesantes souvent poses sur des matires lgres; des corps durs environns de substances molles; des choses sches, humides , chaudes, froides, solides, friables, toutes mles et dans une espce de confusion qui ne nous prsente d'autre image que celle d'un amas de dbris et d'un monde en ruine. Cependant nous habitons ces ruines avec une entire scurit...