L'Europe depuis l'avnement du roi Louis-Philippe. Pour faire suite l'Histoire de la restauration, 1-2

Meline, Cans ; Socit Belge de Librairie, 1845
 

 - 

.

-

317 - C'est par l'anarchie dans les doctrines qu'elle prlude l'anarchie dans l'tat. Il est digne de remarque, sire, que la presse priodique n'a pas mme rempli sa plus essentielle condition, celle de la publicit. Ce qui est trange, mais ce qui est vrai dire, c'est qu'il n'ya pas de publicit en France, en prenant ce mot dans sa juste et rigoureuse acception. Dans l'tat des choses, les faits, quand ils ne sont pas entirement supposs, ne parviennent la connaissance de plusieurs...
344 - Je reois avec une profonde motion la dclaration que vous me prsentez ; je la regarde comme l'expression de la volont nationale, et elle me parat conforme aux principes politiques que j'ai professs toute ma vie. Rempli de souvenirs qui...
214 - Dans cette absence de tout pouvoir public le vu de mes concitoyens s'est tourn vers moi; ils m'ont jug digne de concourir avec eux au salut de la patrie ; ils m'ont invit exercer les fonctions de lieutenant gnral du royaume.
317 - La Royaut est indivisible, et dlgue hrditairement la race rgnante de mle en mle, par ordre de primogniture, l'exclusion perptuelle des femmes et de leur descendance.
214 - Paris, troubl dans son repos par une dplorable violation de la Charte et des lois, les dfendait avec un courage hroque. Au milieu de cette lutte sanglante, aucune des garanties de l'ordre social ne subsistait plus. Les personnes, les proprits, les droits, tout ce qui est prcieux et cher des hommes et des citoyens courait les plus graves dangers.
157 - La runion des dputs actuellement Paris a pens qu'il tait urgent de prier SAR monseigneur le duc d'Orlans de se rendre dans la capitale pour y exercer les fonctions de lieutenant gnral du royaume, et de lui exprimer le vu de conserver les couleurs nationales.
356 - J'aurais vivement dsir ne jamais occuper le trne auquel le vu national vient de m'appeler : mais la France, attaque dans ses liberts, voyait l'ordre public en pril; la violation de la Charte avait tout branl; il fallait rtablir l'action des lois, et c'tait aux Chambres qu'il appartenait d'y pourvoir.
294 - États, et ne peut aspirer qu' la conservation des avantages dont elle jouit. Rassurez-vous donc sur vos droits. Je les confonds avec les miens, et les protgerai avec une gale sollicitude. Ne vous laissez pas garer par le langage insidieux des ennemis de votre repos. Repoussez d'indignes soupons et de fausses craintes, qui branleraient la confiance publique et pourraient exciter de graves dsordres. Les desseins de ceux qui propagent ces craintes choueront , quels qu'ils soient,...
114 - Nous savons d'avance ce que la chambre des pairs nous dira : elle acceptera purement et simplement la rvocation des ordonnances. Quant moi, je ne me prononce pas positivement sur la question de dynastie ; je dirai seulement qu'il serait trop commode pour un roi de faire mitrailler son peuple, et d'en tre quitte pour dire ensuite :
351 - Je reconnais au malheur toutes les sortes de puissances, except celle de me dlier de mes serments de fidlit. Je dois aussi rendre ma vie uniforme. Aprs tout ce que j'ai fait, dit et crit pour les Bourbons, je serais le dernier des misrables si je les reniais au moment o, pour la troisime et dernire fois, ils s'acheminent vers l'exil.