La libert dans l'ordre intellectual et moral: tudes de droit natural

A. Durand et Pedone-Lauriel, 1866 - 500
 

 - 

.

-

viii - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
444 - Dieu, en donnant l'homme des besoins, en lui rendant ncessaire la ressource du travail, a fait du droit de travailler la proprit de tout homme, et cette proprit est la premire, la plus sacre et la plus imprescriptible de toutes.
334 - La justice sans la force est impuissante : la force sans la justice est tyrannique. La justice sans force est contredite, parce qu'il ya toujours des mchants; la force sans la justice est accuse. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force; et pour cela faire que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste.
292 - L'homme digne d'tre cout est celui qui ne se sert de la parole que pour la pense, et de la pense que pour la vrit et la vertu.
viii - Sans pouvoir obliger personne les croire, il peut bannir de l'tat quiconque ne les croit pas ; il peut le bannir, non comme impie, mais comme insociable, comme incapable d'aimer sincrement les lois, la justice, et d'immoler au besoin sa vie son devoir.
viii - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion , mais comme sentiments de sociabilit sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle a.
471 - II faut tre ignorant comme un matre d'cole Pour se flatter de dire une seule parole Que personne ici-bas n'ait pu dire avant nous : C'est imiter quelqu'un que de planter des choux.
199 - Qui passera de nous deux? qui cdera la place l'autre? Le moins habile? mais je suis aussi habile que lui; il faudra se battre sur cela. Il a quatre laquais, et je n'en ai qu'un : cela est visible ; il n'ya qu' compter; c'est moi cder, et je suis un sot si je le conteste.
222 - Rendez donc Csar ce qui appartient Csar et Dieu ce qui appartient Dieu.
368 - JUAN Voil qui est trange, et tu es bien mal reconnu de tes soins, Ah ! ah ! je m'en vais te donner un louis d'or tout l'heure, pourvu que tu veuilles jurer.