Oeuvres choisies de M. de Chateaubriand, 15

 

 - 

.

-

164 - Ce chien est moi , disaient ces pauvres enfants; c'est ma place au soleil : voil le commencement et l'image de l'usurpation de toute la terre.
21 - II leur dispense avec mesure Et la chaleur des jours et la fracheur des nuits. Le champ qui les reut les rend avec usure. UNE AUTRE. Il commande au soleil d'animer la nature, Et la lumire est un don de ses mains.
161 - ... physique ; qui, cet ge o les autres hommes commencent peine de natre, ayant achev de parcourir le cercle des sciences humaines, s'aperut de leur nant, et tourna ses...
298 - ... matresse ; nul frein la licence ; les lois abolies; la majest viole par des attentats jusqu'alors...
168 - ... c'est une ignorance savante qui se connat. Ceux d'entre deux, qui sont sortis de l'ignorance naturelle, et n'ont pu arriver l'autre, ont quelque teinture 'de cette science suffisante, et font les entendus.
317 - Il ira, cet ignorant dans l'art de bien dire, avec cette locution rude, avec cette phrase qui sent l'tranger, il ira en cette Grce polie, la mre des philosophes et des orateurs, et, malgr la rsistance du monde, il y tablira plus d'glises que Platon n'ya gagn de disciples par cette loquence qu'on a crue divine.
167 - Que l'on a bien fait de distinguer les hommes par l'extrieur, plutt que par les qualits intrieures ! Qui passera de nous deux? qui cdera la place l'autre? Le moins habile? mais je suis aussi habile que lui; il faudra se battre sur cela. Il a quatre laquais, et je n'en ai qu'un : cela est visible; il n'ya qu' compter; c'est moi cder, et je suis un sot si je conteste. Nous voil en paix par ce moyen-, ce qui est le plus grand des biens.
207 - Tertullien, parce qu'il nous montre encore quelque forme humaine, ne lui demeure pas longtemps : il devient un je ne sais quoi, qui n'a plus de nom dans aucune langue ; tant il est vrai que tout meurt en lui, jusqu' ces...
199 - La politique et les choses de la terre ne lui sont point inconnues; mais ces choses, qui faisoient les premiers motifs de l'loquence antique, ne sont pour elle que des raisons secondaires ; elle les voit des hauteurs o elle domine, comme un aigle aperoit, du sommet de la montagne, les objets abaisss de la plaine. Ce qui distingue l'loquence chrtienne de l'loquence des Grecs et des Romains, c'est cette tristesse vanglique qui en est l'me, selon La Bruyre, cette majestueuse mlancolie...
271 - C'est pourquoi l'homme quittera son pre et sa mre, et s'attachera sa femme, et les deux deviendront une seule chair?