La chute de l'ancienne France: les dbuts de la rvolution, 1

Retaux, 1893 - 528
 

 - 

.

-

323 - La libre communication des penses et des opinions est un des droits les plus prcieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, crire, imprimer librement, sauf rpondre de l'abus de cette libert dans les cas dtermins par la loi.
391 - Gardezvous de demander du temps; le malheur n'en accorde jamais Eh! messieurs, propos d'une ridicule motion du Palais-Royal , d'une risible insurrection qui n'eut jamais d'importance que dans les imaginations faibles ou les desseins pervers de quelques hommes de mauvaise foi, vous avez entendu nagure ces mots forcens : Catilina est aux portes de Rome, et l'on dlibre.
390 - ... garant de votre Constitution ? Je vous dis : Vous serez tous entrans dans la ruine universelle, et les premiers intresss au sacrifice que le gouvernement vous demande, c'est vous-mmes.
388 - Choisissez parmi les plus riches , afin de sacrifier moins de citoyens; mais choisissez; car ne faut-il pas qu'un petit nombre prisse pour sauver la masse du peuple ? Allons. Ces deux mille notables possdent de quoi combler le dficit. Ramenez l'ordre dans vos finances, la paix et la prosprit dans le royaume.
389 - Frappez, immolez sans piti ces tristes victimes, prcipitez-les dans l'abme; il va se refermer... Vous reculez d'horreur... Hommes inconsquents! hommes pusillanimes! Eh! nevoyezvous donc pas qu'en dcrtant la banqueroute, ou, ce qui est plus odieux encore, en la rendant invitable sans la dcrter, vous vous souillez d'un acte mille fois plus criminel, et chose inconcevable! gratuitement criminel ; car enfin cet horrible sacrifice ferait du moins disparatre le dficit.
261 - Nul ne doit tre inquit pour ses opinions, mme religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public tabli par la loi.
71 - Vous venez, Messieurs, d'entendre le rsultat de mes dispositions et de mes vues ; elles sont conformes au vif dsir que j'ai d'oprer le bien public ; et si, par une fatalit loin de ma pense, vous m'abandonniez dans une si belle entreprise, seul, je ferai le bien de mes Peuples ; seul, je me considrerai comme leur vritable reprsentant...
71 - C'est moi, jusqu' prsent, qui fais tout le bonheur de mes peuples; et il est rare peut-tre que l'unique ambition d'un souverain soit d'obtenir de ses sujets qu'ils s'entendent enfin pour accepter ses bienfaits. Je vous ordonne, Messieurs, de vous sparer tout de suite, et de vous rendre demain matin chacun dans les Chambres affectes votre ordre, pour y reprendre vos sances. J'ordonne, en consquence, au grand-matre des crmonies de faire prparer les salles.
75 - Toutes les proprits sans exception seront constamment respectes, et Sa Majest comprend expressment sous le nom de proprits les dmes, cens, rentes, droits et devoirs fodaux et seigneuriaux, et gnralement tous les droits et prrogatives, utiles ou honorifiques, attachs aux terres et aux fiefs ou appartenant aux personnes.
44 - Assemble lgitime des reprsentons de la majeure partie de la nation , agissant en l'absence de la mineure partie.