Souvenirs, 1798-1816, publiʹes par son petitfils, le baron de Plancy

Sociʹetʹe d'ʹeditions littʹeraires et artistiques, 1904 - 579
 

 - 

.

270 - Gnral, l'expression de la haute considration avec laquelle j'ai l'honneur d'tre votre trs humble et trs obissant serviteur.
xviii - Sur ce je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde.
263 - NAPOLÉON, Empereur des Franais, roi d'Italie, protecteur de la Confdration du Rhin, mdiateur de la Confdration suisse, etc., etc., etc.
263 - Monsieur l'Ambassadeur, j'ai reu la lettre que Votre Excellence m'a fait l'honneur de m'crire le...
263 - J'ai reu avec la lettre que Votre Excellence m'a fait l'honneur de m'crire le 18 de ce mois, mon brevet de la Lgion d'honneur et la dcoration qu'il m'autorise porter.
263 - Je suis avec respect , Monseigneur , de votre Excellence , Le trs humble et trs obissant serviteur.
256 - Napolon, empereur des Franais. roi d'Italie et protecteur de la confdration du Rhin : Sur le rapport de notre Ministre des relations extrieures . Notre Conseil d'État entendu , Nous avons dcrt et dcrtons ce qui suit: Art.
31 - Il n'ya l rien qui soit oblig, ni qui tienne au gouvernement. On a donc peine comprendre comment des bruits de cration de papier-monnaie, de cdules hypothcaires, ont pu trouver quelque crdit. Rien n'est plus insens. Le papier-monnaie est considr par l'Empereur comme le plus grand flau des nations, et comme tant au moins au moral ce que la peste est au physique.
xiii - Nous vous faisons cette lettre pour que vous ayez vous trouver Paris avant le 7 du mois prochain, et y faire connatre votre arrive Notre grand matre des Crmonies. Sur ce nous prions Dieu qu'il vous ait en sa
xiii - Nous avons dsign le onzime jour du mois de frimaire prochain pour la crmonie de notre sacre et de notre couronnement. Nous aurions voulu pouvoir, dans cette auguste circonstance, rassembler sur un seul point l'universalit des citoyens qui composent la nation franaise : toutefois, et dans l'impossibilit de raliser une chose qui aurait eu tant de prix pour notre cur, dsirant que ces solennits reoivent...