Premires posies de Alfred de Musset, 1829-1835

Charpentier, 1867 - 356
 

 - 

.

-

104 - C'tait, dans la nuit brune, Sur le clocher jauni, La lune, Comme un point sur un i. Lune, quel esprit sombre Promne au bout d'un fil, Dans l'ombre, Ta face et ton profil ? Es-tu l'il du ciel borgne?
1 - Ce livre est toute ma jeunesse ; Je l'ai fait sans presque y songer. Il y parat, je le confesse, Et j'aurais pu le corriger. Mais quand l'homme change sans cesse, Au pass pourquoi rien changer ? Va-t'en, pauvre oiseau passager ; Que Dieu te mne ton adresse ! Qui que tu sois, qui me liras, Lis-en le plus que tu pourras, Et ne me condamne qu'en somme. Mes premiers vers sont d'un enfant, Les seconds d'un adolescent, Les derniers peine d'un homme.
324 - L'me et le corps, hlas ! ils iront deux deux , Tant que le monde ira , pas pas , cte cte , Comme s'en vont les vers classiques et les bufs. L'un disant : Tu fais mal ! et l'autre : C'est ta faute ! Ah ! misrable htesse , et plus misrable hte ! Ce n'est vraiment pas vrai que tout soit pour le mieux.
148 - S'enfuit au fond du cur. La nuit, la nuit profonde Vient seule relever, l'heure du sommeil, Les fronts qui s'inclinaient aux rayons du soleil. Pale toile du soir, messagre lointaine, Dont le front sort brillant des voiles du couchant, De ton palais d'azur, au sein du firmament, Que regardes-tu dans la plaine?
138 - Combien peuvent sur nous, pour gurir toute peine, Ces deux signes jumeaux de paix et de bonheur, ^Jeunesse de visage et jeunesse de cur*.
344 - Oui , don Juan. Le voil ce nom que tout rpte, Ce nom mystrieux que tout l'univers prend , Dont chacun vient parler , et que nul ne comprend ; Si vaste et si puissant qu'il n'est pas de pote Qui ne l'ait soulev dans son cur et sa tte, Et pour l'avoir tent ne soit rest plus grand.
333 - J'aime surtout les vers, cette langue immortelle. C'est peut-tre un blasphme, et je le dis tout bas ; Mais je l'aime la rage. Elle a cela pour elle Que les sots d'aucun temps n'en ont pu faire cas, Qu'elle nous vient de Dieu, quelle est limpide et belle, Que le monde l'entend, et ne la parle pas.
339 - Quant au rou franais, au don Juan ordinaire, Ivre, riche, joyeux, raillant l'homme de pierre, Ne demandant partout qu' trouver le vin bon, Bernant monsieur Dimanche, et disant son pre Qu'il serait mieux assis pour lui faire un sermon, C'est l'ombre d'un rou qui ne vaut pas Valmont.
7 - Font rpondre tous les piliers ! Oh ! lorsque l'ouragan qui gagne La campagne Prend par les cheveux la montagne, Que le temps d'automne jaunit, Que j'aime, dans le bois qui crie Et se plie, Les vieux clochers de l'abbaye, Comme deux arbres de granit...
137 - Je regardais Lucie. Elle tait ple et blonde. Jamais deux yeux plus doux n'ont du ciel le plus pur Sond la profondeur et rflchi l'azur.