Oeuvres de Mirabeau, 1

 

 - 

.

-

89 - Je dirais ceux qui se familiarisent peut-tre avec l'ide de manquer aux engagements publics, par la crainte de l'excs des sacrifices, par la terreur de l'impt, qu'est-ce donc que la banqueroute, si ce n'est le plus cruel, le plus inique, le plus ingal, le plus dsastreux des impts ?... Mes amis, coutez un mot, un seul mot.
263 - La libert consiste pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la socit la jouissance de ces mmes droits. Ces bornes ne peuvent tre dtermines que par la Loi.
89 - ... franais. Choisissez parmi les plus riches, afin de sacrifier moins de citoyens. Mais choisissez ; car ne faut-il pas qu'un petit nombre prisse pour sauver la masse du peuple? Allons, ces deux mille notables possdent de quoi combler le dficit. Ramenez l'ordre dans vos finances, la paix et la prosprit dans le royaume.
152 - Or considrez, je vous supplie, les assignats-monnaie sous ce point de vue; ne remplissent-ils pas minemment cette condition? Vous hsiteriez les adopter comme une mesure de finance, que vous les embrasseriez comme un instrument sr et actif de la rvolution. Partout o se placera un assignat-monnaie, l srement reposera avec lui un vu secret pour le crdit des assignats, un dsir de leur solidit ; partout o quelque partie de ce gage public sera rpandue, l se trouveront des...
88 - ... en ayant raison, et tort contre tout le monde; puisque, sans l'assentiment de l'opinion publique, le plus grand talent ne saurait triompher des circonstances. Et moi aussi je ne crois pas les moyens de M. Necker les meilleurs possibles ; mais le ciel me prserve, dans une situation si critique, d'opposer mes moyens aux siens.
89 - Oh ! si des dclarations moins solennelles ne garantissaient pas notre respect pour la foi publique, notre horreur pour l'infme mot de banqueroute, j'oserais scruter les motifs secrets, et peut-tre, hlas ! ignors de nous-mmes, qui nous font si imprudemment reculer au moment de proclamer l'acte d'un grand dvouement, certainement inefficace, s'il n'est pas rapide et vraiment abandonn.
50 - O sont les rebelles , les ligueurs qu'il faut rduire? Une voix unanime rpond dans la capitale et dans l'tendue du royaume : Nous chrissons notre roi ; nous bnissons le ciel du don qu'il nous a fait dans son amour. Sire, la religion de votre majest ne peut tre surpris que sous le prtexte du bien public.
91 - Je vous dis : vous serez tous entrans dans la ruine universelle, et les premiers intresss au sacrifice que le gouvernement vous demande, c'est vous-mmes. Votez donc ce subside extraordinaire, et puisse-t-il tre suffisant ! Votez-le, parce que, si vous avez des doutes sur les moyens (doutes vagues et non clairs), vous n'en avez pas sur sa ncessit et sur notre impuissance le remplacer, immdiatement du moins. Votez-le, parce que les circonstances publiques ne souffrent aucun...
55 - ... timides, incertains dans notre marche. Certes il n'ya pas lieu de dlibrer sur la translation qu'on nous propose ; car enfin, mme d'aprs la rponse du roi, nous n'irons, soit Noyon, soit Soissons, que si nous le demandons, et nous ne l'avons pas demand, et nous ne le demanderons pas, parce que probablement nous ne dsirerons jamais de nous placer entre deux ou trois corps de troupes, celles qui investissent Paris, et celles que pourraient, d'un moment l'autre, lancer sur nous...
51 - France ne souffrira pas qu'on abuse le meilleur des rois, et qu'on l'carte, par des vues sinistres, du noble plan qu'il a lui-mme trac. Vous nous avez appels pour fixer, de concert avec vous , la constitution , pour oprer la rgnration du royaume : l'assemble nationale vient vous dclarer solennellement que vos vux seront accomplis , que vos promesses ne seront point vaines, que les piges, les difficults, les terreurs ne retarderont point sa marche , n'intimideront point son...