Histoire de France depuis les premiers temps jusqu' nos jours: d'aprs les sources et les travaux rcents, 4

Socit Bibliographique, 1880
 

 - 

.

-

46 - Louis tait mont sur le trne vingt ans, et vingt ans il donna sur le trne l'exemple des murs ; il n'y porta aucune faiblesse coupable ni aucune passion corruptrice ; il y fut conome, juste, svre* ; il s'y montra toujours l'ami constant du peuple. " Le peuple dsirait la destruction d'un impt dsastreux qui pesait sur lui, il le dtruisit ; le peuple demandait l'abolition de la servitude, il commena par l'abolir lui-mme dans ses domaines ; le peuple sollicitait des rformes...
181 - Les puissances allies ayant proclam que l'empereur Napolon tait le seul obstacle au rtablissement de la paix en Europe, l'empereur Napolon, fidle son serment, dclare qu'il renonce, pour lui et ses hritiers, aux trnes de France et d'Italie, et qu'il n'est aucun sacrifice personnel, mme celui de la vie, qu'il ne soit prt faire l'intrt de la France.
46 - ... l'abolir lui-mme dans ses domaines ; le peuple sollicitait des rformes dans la lgislation criminelle pour l'adoucissement du sort des accuss : il fit ces rformes ; le peuple voulait que des milliers de Franais, que la rigueur de nos usages avait privs jusqu'alors des droits qui appartiennent aux citoyens, acquissent ces droits ou les recouvrassent : il les en fit jouir par ses lois ; le peuple voulut la libert; il la lui donna!
247 - Si de coupables manuvres suscitaient mon gouvernement des obstacles, que je ne peux pas, que je ne veux pas prvoir, je trouverais la force de les surmonter dans ma rsolution de maintenir la paix publique, dans la juste confiance des Franais et dans l'amour qu'ils ont toujours montr pour leur roi.
20 - Que tous les biens ecclsiastiques sont la disposition de la nation, la charge de pourvoir, d'une manire convenable, aux frais du culte, l'entretien de ses ministres, et au soulagement des pauvres...
198 - Altesse Royale, en butte aux factions qui divisent mon pays et l'inimiti des plus grandes puissances de l'Europe, j'ai termin ma carrire politique, et je viens, comme Thmistocle, m'asseoir au foyer du peuple britannique. Je me mets sous la protection de ses lois, que je rclame de Votre Altesse Royale comme du plus puissant, du plus constant et du plus gnreux
83 - Votre patience, votre courage vous honorent, mais ne vous procurent ni avantage ni gloire. Je vais vous conduire dans les plus fertiles plaines du monde; vous y trouverez de grandes villes, de riches provinces; vous y trouverez honneur, gloire et richesses. Soldats d'Italie, manqueriez-vous de courage?
260 - C'est la passion de la science et du bonheur public; c'est le dsir de trouver un moyen de terminer d'une manire douce l'effroyable crise dans laquelle toute la socit europenne se trouve engage, qui m'ont fait tomber dans cet tat de dtresse.
9 - Allez dire ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volont du peuple, et qu'on ne nous en arrachera que par la puissance des baonnettes...
132 - Vous avez, la journe d'Austerlitz, justifi tout ce que j'attendais de votre intrpidit; vous avez dcor vos aigles d'une immortelle gloire. Une arme de cent mille hommes, commande par les empereurs de Russie et d'Autriche, a t, en moins de quatre heures, ou coupe ou disperse. Ce qui a chapp votre fer s'est noy dans les lacs.