Mmoires pour servir l'histoire de la philosophie au xviiie sicle, 2

 

 - 

.

-

280 - Comme je fais un long voyage, et que j'ignore ce que le sort me prpare, s'il arrivait qu'il dispost de ma vie, je recommande ma femme et mes enfants de remettre tous mes manuscrits M. Naigeon, qui aura pour un homme, qu'il a tendrement aim, et qui l'a pay de retour, le soin d'arranger, de revoir et de publier tout ce qui lui paratra ne devoir nuire ni ma mmoire, ni la tranquillit de personne : c'est ma volont et j'espre qu'elle ne trouvera pas de contradiction.
9 - L'ouvrage que nous commenons (et que nous dsirons de finir) a deux objets : comme Encyclopdie, il doit exposer autant qu'il est possible, l'ordre et l'enchanement des connaissances humaines; comme Dictionnaire raisonn des sciences, des arts et des mtiers, il doit contenir sur chaque science et sur chaque art, soit libral, soit mcanique, des principes gnraux qui en sont la base, et les dtails les plus essentiels qui en font le corps et la substance.
183 - Qu'il ne s'agit que de. le dvelopper ; Que nous ne sommes heureux qu'autant que nous observons les rgles tablies par la nature dans le but de notre conservation ; Et que toute sagesse, toute perfection, toute loi, toute vertu, toute philosophie, consistent dans la pratique de ces axiomes fonds sur notre propre organisation : Conserve-toi; Instruis-toi ; Modre-toi; Vis pour tes semblables, afin qu'ils vivent pour toi.
148 - Vous avez appris qu'il a t dit : Vous aimerez votre prochain et vous harez votre ennemi. Et moi je vous dis : Aimez vos ennemis, faites du bien ceux qui vous hassent...
24 - Tout, jusqu' notre sort commun, semblait fait pour nous runir. Tous deux sans parents, sans famille, ayant prouv, ds le moment de notre naissance, l'abandon, le malheur et l'injustice, la nature semblait nous avoir mis au monde pour nous chercher, pour nous tenir l'un l'autre lieu de tout, pour nous servir d'appui mutuel, comme deux roseaux qui, battus par la tempte, se soutiennent en s'attachant l'un l'autre.
323 - Il n'appartient qu' l'honnte homme d'tre athe. Le mchant qui nie l'existence de Dieu, est juge et partie; c'est un homme qui craint et qui sait qu'il doit craindre un vengeur venir des mauvaises actions qu'il a commises. L'homme de bien, au contraire, qui aimerait tant se flatter d'un rmunrateur futur de ses vertus , lutte contre son propre intrt.
197 - C'est dans cet quipage que Sa Majest, arme d'une grosse canne de sergent, faisait tous les jours la revue de son rgiment de gants. Ce rgiment tait son got favori et sa plus grande dpense. Le premier rang de sa compagnie tait compos d'hommes dont le plus petit avait sept pieds de haut : il les faisait acheter aux bouts de l'Europe et de l'Asie.
310 - Prisant peu la tolrance , Messieurs La Harpe et Naigeon ? Entr'eux il s'lve un schisme : L'un tant grave docteur , Ferr sur le catchisme ; L'autre athe , inquisiteur.
361 - On dit : Le parfait n'est pas ; le parfait n'est qu'une ide de notre esprit qui va s'levant de l'imparfait qu'on voit de ses yeux jusqu' une perfection qui n'a de ralit que dans la pense. C'est le raisonnement que l'impie voudrait faire dans son cur insens, qui ne songe pas que le parfait est le premier, et en soi, et dans nos ides, et que l'imparfait en toutes faons n'en est qu'une dgradation.
41 - ... heure. Cette facilit lui a laiss le temps de cultiver encore les belleslettres avec quelque succs: son style serr, clair et prcis, ordinairement facile, sans prtention quoique chti, quelquefois un peu sec, mais jamais de mauvais got, a plus d'nergie que de chaleur, plus de justesse que d'imagination, plus de noblesse que de grce.