Histoire des ides morales et politiques en France au dix-huitime sicle: Jean-Jacques Rousseau. Diderot. D'Alembert

G. Baillire, 1867
 

 - 

.

1
1
2
23
3
45
4
73
5
99
6
143
7
161
8
185
14
303
15
325
16
345
17
369
18
389
19
417
20
443
21
461

9
205
10
225
11
241
12
261
13
279

-

224 - Trouver une forme d'association qui dfende et protge de toute la force commune la personne et les biens de chaque associ, et par laquelle chacun, s'unissant tous, n'obisse pourtant qu' lui-mme, et reste aussi libre qu'auparavant!
229 - Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprme direction de la volont gnrale; et nous recevons en corps chaque membre comme partie indivisible du tout.
256 - Celui qui ose entreprendre d'instituer un peuple doit se sentir en tat de changer pour ainsi dire la nature humaine, de transformer chaque individu, qui par lui-mme est un tout parfait et solitaire, en partie d'un plus grand tout dont cet individu reoive en quelque sorte sa vie et son tre...
283 - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
131 - Conscience! conscience! instinct divin, immortelle et cleste voix; guide assur d'un tre ignorant et born, mais intelligent et libre; juge infaillible du bien et du mal, qui rends l'homme semblable Dieu, c'est toi qui fais l'excellence de sa nature et la moralit de ses actions...
32 - ... tout coup je me sens l'esprit bloui de mille lumires; des foules d'ides vives s'y prsentent la fois avec une force et une confusion qui me jeta dans un trouble inexprimable; je sens ma tte prise par un tourdissement semblable l'ivresse. Une violente palpitation m'oppresse, soulve ma poitrine; ne pouvant plus respirer en marchant, je me laisse tomber sous un des arbres de l'avenue, et j'y passe une demi-heure dans une telle agitation, qu'en me relevant j'aperus tout le...
246 - Il ya souvent bien de la diffrence entre la volont de tous et la volont gnrale; celle-ci ne regarde qu' l'intrt commun; l'autre regarde l'intrt priv, et n'est qu'une somme de volonts particulires : mais tez de ces mmes volonts les plus et les moins qui s'entre-dtruisent *, reste pour somme des diffrences la volont gnrale.
274 - La souverainet ne peut tre reprsente , par la mme raison qu'elle ne peut tre aline ; elle consiste essentiellement dans la volont gnrale , et la volont ne se reprsente point : elle est la mme , ou elle est autre; il n'ya point de milieu.
230 - Ces clauses bien entendues se rduisent toutes une seule, savoir l'alination totale de chaque associ avec tous ses droits toute la communaut...
144 - Tout est bien , sortant des mains de l'Auteur des choses, tout dgnre entre les mains de l'homme.