Études sur le XVIIIe sicle, 2

A. Durand, 1855
 

 - 

.

-

128 - Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprme direction de la volont gnrale; et nous recevons en corps chaque membre comme partie indivisible du tout.
125 - Trouver une forme d'association qui dfende et protge de toute la force commune la personne et les biens de chaque associ, et par laquelle chacun, s'unissant tous, n'obisse pourtant qu' lui-mme, et reste aussi libre qu'auparavant!
90 - Conscience! conscience! instinct divin, immortelle et cleste voix; guide assur d'un tre ignorant et born, mais intelligent et libre; juge infaillible du bien et du mal, qui rends l'homme semblable Dieu, c'est toi qui fais l'excellence de sa nature et la moralit de ses actions...
120 - Le premier qui ayant enclos un terrain s'avisa de dire Ceci est moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la socit civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misres et d'horreurs n'et point pargns au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou. comblant le foss, et cri ses semblables : Gardez-vous d'couter cet imposteur ; vous tes perdus si vous oubliez que les fruits sont tous, et que la terre n'est personne...
129 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion, mais comme sentiments de sociabilit, sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle.
107 - Moi seul. Je sens mon cur, et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus; j'ose croire n'tre fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre.
91 - Dieu! c'est toi qui fais l'excellence de sa nature et la moralit de ses actions; sans toi je ne sens rien en moi qui m'lve au-dessus des btes, que le triste privilge de m'garer d'erreurs en erreurs l'aide d'un entendement sans rgle et d'une raison sans principe.
330 - ... que le peuple en corps et la puissance lgislative ; mais comme cela est impossible dans les grands tats, et est sujet beaucoup d'inconvnients dans les petits, il faut que le peuple fasse par ses reprsentants tout ce qu'il ne peut faire par lui-mme.
332 - Voici donc la constitution fondamentale du gouvernement dont nous parlons. Le corps lgislatif y tant compos de deux parties, l'une enchanera l'autre par sa facult mutuelle d'empcher. Toutes les deux seront lies par la puissance excutrice, qui le sera elle-mme par la lgislative. Ces trois puissances devroient former un repos ou une inaction. Mais, comme par le mouvement ncessaire des choses elles sont contraintes d'aller, elles seront forces d'aller de concert.
134 - Encore une fois , mon objet n'est point de lui donner la science , mais de lui apprendre l'acqurir au besoin, de la lui faire estimer exactement ce qu'elle vaut, et de lui faire aimer la vrit par-dessus tout*.