Collection des mmoires relatifs la Revolution franaise, 27 3

1821
 

 - 

.

-

489 - Messieurs," dit alors le roi, "je suis venu ici pour viter un grand crime, et je pense que je ne saurais tre plus en sret qu'au milieu de vous.
450 - ... que la nation puisse avoir confiance en la dynastie actuelle, nous demandons que des ministres , solidairement responsables , nomms par l'assemble nationale, mais hors de son sein, suivant la loi constitutionnelle, nomms par le scrutin des hommes libres, haute voix, exercent provisoirement le pouvoir excutif, en attendant que la volont...
435 - Ici les principes de libert et d'galit sont chris, les lois respectes, la proprit sacre; ici l'on ne connat ni les calomnies ni les factions; et lorsque je songe que la France a plusieurs millions d'hommes qui peuvent devenir de pareils soldats , je me demande quel degr d'avilissement [serait donc rduit un peuple immense, plus fort encore par ses ressources naturelles que par les dfenses de l'art, opposant une confdration monstrueuse l'avantage...
362 - J'ai bien dormi, me dit ce prince ; j'en avais besoin : la journe d'hier m'avait fatigu. O est M. de Firmont? Sur mon lit. Et vous, o avez-vous pass la nuit? Sur cette chaise. J'en suis fch, dit le roi. Ah! sire, puis-je penser moi dans ce moment?
422 - Si ceux qui veulent renverser la monarchie ont besoin d'un crime de plus, ils peuvent le commettre. Dans l'tat de crise o elle se trouve le Roi donnera jusqu'au dernier moment fouies les autorits constitues l'exemple du courage et de la fermet qui seuls peuvent sauver l'empire.
394 - La libert consiste pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la socit la jouissance de ces mmes droits. Ces bornes ne peuvent tre dtermines que par la Loi.
387 - Nous sommes ici deux qui n'en font qu'un : mmes sentiments , mmes principes , mme ardeur pour vous servir. Nous gardons le silence; mais c'est qu'en le rompant trop tt, nous vous commettrions : mais nous parlerons ds que nous serons srs de l'appui gnral ; et ce moment est proche. Si l'on nous parle de la part de ces gens-l, nous n'couterons rien ; si c'est de la vtre , nous couterons , mais nous irons droit notre chemin^ ainsi, si l'on veut que vous nous fassiez dire quelque...
430 - Legendre ; coutez-nous, vous tes fait pour nous couter... Vous tes un perfide. Vous nous avez toujours tromps, vous nous trompez encore. Mais prenez garde vous : la mesure est son comble , et le peuple est las de se voir votre jouet.
519 - Si l'on nous parle de la part de ces gens-l, nous n'couterons rien ; si c'est de la vtre, nous couterons , mais nous irons droit notre chemin : ainsi, si l'on veut que vous nous fassiez dire quelque chose, ne vous gnez pas. Soyez
363 - ... dites-lui bien toutes les peines que j'prouve des malheurs qu'il ressent : un jour peut-tre il pourra rcompenser votre zle. Ah! mon matre, ah! mon roi, si le dvouement le plus absolu, si mon zle et mes soins ont pu vous tre agrables, la seule rcompense que je dsire de votre majest, c'est de recevoir votre bndiction : ne la refusez pas au dernier Franais rest prs de vous.