Elments historiques et thoriques de philosophie chrtienne

Bureau de la bibliotheque ecclesiastique, 1837 - 608
 

 - 

.

101 - Quand on voit le style naturel, on est tout tonn et ravi; car on s'attendait de voir un auteur, et on trouve un homme. Au lieu que ceux qui ont le got bon, et qui en voyant un livre croient trouver un homme, sont tout surpris de trouver un auteur : Plus poetice quarn humane locutus es.
102 - La dernire chose qu'on trouve, en faisant un ouvrage, est de savoir celle qu'il faut mettre la premire.
303 - Nous avons beau enfler nos conceptions au del des espaces imaginables, nous n'enfantons que des atomes, au prix de la ralit des choses. C'est une sphre infinie dont le centre est partout, la circonfrence nulle part.
303 - ... lampe ternelle pour clairer l'univers; que la terre lui paraisse comme un point, au prix du vaste tour...
186 - Je ne sais qui m'a mis au monde, ni ce que c'est que le monde, ni que moi-mme; je suis dans une ignorance terrible de toutes choses ; je ne sais ce que c'est que...
186 - Comme je ne sais d'o je viens, aussi je ne sais o je vais; et je sais seulement qu'en sortant de ce monde je tombe pour jamais ou dans le nant, ou dans les mains d'un Dieu irrit, sans savoir laquelle de ces deux conditions je dois tre ternellement en partage.
191 - ... s'il ya autant de hasards d'un ct que de l'autre , le parti est jouer gal contre gal ; et alors la certitude de ce qu'on s'expose est gale l'incertitude du gain : tant s'en faut qu'elle en soit infiniment distante.
303 - Juge de toutes choses, imbcile ver de terre, dpositaire du vrai , amas d'incertitude , gloire et rebut de l'univers : s'il se vante, je l'abaisse ; s'il s'abaisse, je le vante; et le contredis toujours , jusqu' ce qu'il comprenne qu'il est un monstre incomprhensible.
184 - L'immortalit de l'me est une chose qui nous importe si fort, qui nous touche si profondment, qu'il faut avoir perdu tout sentiment pour tre dans l'indiffrence de savoir ce qui en est.
101 - Quand on veut reprendre avec utilit, et montrer un autre qu'il se trompe, il faut observer par quel ct il envisage la chose, car elle est vraie ordinairement de ce ct-l, et lui avouer cette vrit, mais lui dcouvrir le ct par o elle est fausse.