Sciences humaines et sociales: l'homme, la socit et la mdecine

Elsevier Masson, 2000 - 484
Un panorama des sciences humaines et sociales dans le but de rapprocher littraires et scientifiques, d'associer culture gnrale et formation professionnelle, d'viter le danger de la spcialisation prcoce. Un regroupement thmatique des questions essentielles concernant : - L'homme : le corps, l'esprit et l'me ; le cerveau et la pense ; les facteurs gntiques et socio-culturels, l'inn et l'acquis ; l'individu et la personne le normal et l'anormal les ges de la vie ; la douleur ; la mort. - La socit : les convergences et la dmographie, l'ingalit et la libert ; la culture et les cultures ; la socit et la science ; le langage ; la communication et l'information ; les toxicomanies. - La mdecine : la sant et la maladie ; l'histoire de la mdecine ; les progrs et leurs consquences sociales et conomiques ; les techniques biologiques et l'thique mdicale ; l'information mdicale du public ; les principes traditionnels ; l'Union europenne et la sant ; la mdecine et la littrature. Des sujets d'actualit (euthanasie, prlvements d'organes, dpenses de sant...) dbattus dans les mdias, prsents avec un souci pdagogiques o s'harmonisent les donnes fondamentales, les applications professionnelles, la rflexion spculative. * Les tudiants en mdecine, en dentaire, et en pharmacie. * Les mdecins praticiens. * Tout tudiant des disciplines scientifiques, curieux d'tendre son domaine de connaissances.
 

 - 

.

Introduction
1
2
34
La formation du corps 40 La constitution du corps 40
45
Linfluence du corps sur lesprit
54
3
61
LES FACTEURS GÉNÉTIQUES ET SOCIOCULTURELS
79
LES AGES DE LA VIE
163
LA DOULEUR
175
LE LANGAGE
292
LA COMMUNICATION LINFORMATION
304
LES TOXICOMANIES ET TOXICOMANES
319
III
328
Dfinitions
357
PROGRÈS ET CONSÉQUENCES
385
LES TECHNIQUES BIOLOGIQUES
406
Les autres mdecines
435

La vrit au malade
200
Leuthanasie
207
Les prlvements dorganes pour transplantations
214
LA CULTURE ET LES CULTURES LHISTOIRE CULTURELLE
260
LA SOCIÉTÉ ET LA SCIENCE
279
LA MÉDECINE ET LA LITTÉRATURE
466
Index
477
399
482

97 - Le premier qui ayant enclos un terrain s'avisa de dire Ceci est moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la socit civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misres et d'horreurs n'et point pargns au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou. comblant le foss, et cri ses semblables : Gardez-vous d'couter cet imposteur ; vous tes perdus si vous oubliez que les fruits sont tous, et que la terre n'est personne...
239 - Tous les citoyens tant gaux ses yeux, sont galement admissibles toutes dignits, places et emplois publics, selon leur capacit, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
35 - L'homme est luimme le plus prodigieux objet de la nature; car il ne peut concevoir ce que c'est que corps, et encore moins ce que c'est qu'esprit, et moins qu'aucune chose comment un corps peut tre uni avec un esprit. C'est l le comble de ses difficults, et cependant c'est son propre tre : Modus quo corporibus adh&ret spiritus comprehendi ab hominibus non potest; et hoc tamen homo est1.
170 - ... plus ncessaire mesure qu'on vieillit que dans la jeunesse. Je compare l'homme en ce monde un voyageur qui marche sans cesse vers une rgion de plus en plus froide, et qui est oblig de remuer davantage mesure qu'il va plus loin. La grande maladie de l'me, c'est le froid. Et pour combattre ce mal redoutable , il faut non-seulement entretenir le mouvement vif de son esprit par le travail , mais encore par le contact de ses semblables et des affaires de ce monde.
243 - Combien d'hommes admirables, et qui avaient de trs beaux gnies, sont morts sans qu'on en ait parl ! Combien vivent encore dont on ne parle point, et dont on ne parlera jamais!
437 - Le secret professionnel, institu dans l'intrt des patients, s'impose tout mdecin dans les conditions tablies par la loi. Le secret couvre tout ce qui est venu la connaissance du mdecin dans l'exercice de sa profession, c'est--dire non seulement ce qui lui a t confi, mais aussi ce qu'il a vu, entendu ou compris.
97 - LE premier qui ayant enclos un terrain s'avisa de dire -ceci est moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la socit civile. Que de crimes , de guerres , de meurtres , que de misres et d'horreurs n'et point pargns au genre humain celui qui , arrachant les pieux ou comblant le foss, et cri ses semblables : Gardez -vous d'couter cet imposteur; vous tes perdus si vous oubliez que les fruits sont tous , et que la terre n'est personne!
256 - La mission de ce nouveau ministre est prcise dans un dcret du 24 juillet 1959 : "rendre accessibles les uvres capitales de l'humanit, et d'abord de la France, au plus grand nombre possible de Franais, assurer la plus vaste audience notre patrimoine culturel, et favoriser la cration des uvres de l'art et de l'esprit qui l'enrichissent".