Histoire de la rvolution franaise (1789-1799)

L. Hachette et cie, 1881 - 536
 

 - 

.

-

311 - Je n'ai jamais craint que ma conduite ft examine publiquement; mais mon cur est dchir de trouver dans l'acte d'accusation l'imputation d'avoir voulu faire rpandre le sang du peuple, et surtout que les malheurs du 10 aot me soient attribus! J'avoue que les preuves multiplies que j'avais donnes dans tous les temps de mon amour pour le peuple, et la manire dont je m'tais toujours conduit, me paraissaient devoir prouver que je craignais peu de m'exposer pour pargner son sang,...
307 - Je prie MM. de Malesherbes , Tronchet et Desze , de recevoir ici tous mes remercments , et l'expression de ma sensibilit, pour tous les soins et les peines qu'ils se sont donns pour moi. Je finis en dclarant devant Dieu , et prt paratre devant lui , que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancs contre moi.
402 - J'espre que, dans sa bont, il voudra bien recevoir mes derniers vux, ainsi que ceux que je fais depuis longtemps, pour qu'il veuille bien recevoir mon me dans sa misricorde et sa bont. Je demande pardon tous ceux que je connais, et vous, ma sur, en particulier, de toutes les peines que, sans le vouloir, j'aurais pu leur causer.
134 - L'Assemble nationale dcrte , 1 que tous les biens ecclsiastiques sont la disposition de la nation , la charge de pourvoir , d'une manire convenable , aux frais du culte, l'entretien de ses ministres et au soulagement des pauvres...
19 - Mais tout ce qu'on peut attendre du plus tendre intrt au bonheur public, tout ce qu'on peut demander un souverain, le premier ami de ses peuples, vous pouvez , vous devez l'esprer de mes sentimens.
401 - J'ai vous parler d'une chose bien pnible mon cur. Je sais combien cet enfant doit vous avoir fait de la peine; pardonnez-lui, ma chre sur : pensez l'ge qu'il a, et combien il est facile de faire dire un enfant ce qu'on veut, et mme ce qu'il ne comprend pas.
389 - Sont rputs gens suspects : 1 ceux qui, soit par leur conduite, soit par leurs relations, soit par leurs propos ou leurs crits, se sont montrs partisans de la tyrannie et du fdralisme et ennemis de la libert ; 2...
251 - Que ces dfiances ont provoqu de diverses parties de l'empire un vu tendant la rvocation de l'autorit dlgue Louis XVI; Considrant nanmoins que le Corps lgislatif ne doit...
402 - J'avais des amis, l'ide d'en tre spare pour jamais et leurs peines sont un des plus grands regrets que j'emporte en mourant. Qu'ils sachent, du moins, que jusqu' mon dernier moment j'ai pens eux. Adieu, ma bonne et...
77 - Votez-le, parce que les circonstances publiques ne souffrent aucun retard et que nous serions comptables de tout dlai. Gardez-vous de demander du temps; le malheur n'en accorde jamais.... Eh! messieurs, propos d'une ridicule motion du Palais-Royal, d'une risible insurrection qui n'eut jamais d'importance que dans les imaginations faibles ou les desseins pervers de quelques hommes de mauvaise foi , vous avez entendu nagure ces mots forcens : Catilina est aux portes de Rome, et l'on dlibre!