YouTube Gmail Drive »
 
" Jsuites, s'ils apprenaient comment, dans votre lettre , vous vous exprimez sur leur sujet. (Je ne les ai point protgs tant qu'ils ont t puissants); dans leur malheur, je ne vois en eux que des gens de lettres qu'on aurait bien de la peine ... "
Histoire religieuse, politique et littraire de la Compagnie de Jsus ... - 388
1851
-

Correspondance

Frederick II (King of Prussia) - 1790
...vous vous exprimez fur leur fujet. Je ne les ai point protgs tant qu'ils ont t puiffans; dans leur malheur je ne vois en eux que des gens de...bien de la peine remplacer pour l'ducation de la jeunefle. C'eft cet objet prcieux qui me les rend nceflaires , parce que de tout le clerg catholique...
-

Le spectateur franais au XIXe sicle, ou varits morales ..., 1

1805
...d'un vrai sage ! Que diroient les pauvres jsuites, s'ils apprenoient comme dans vofcre let tre vous vous exprimez sur leur sujet ? Je ne les ai point protgs, tant qu'ils ont t puissans; dans leurs malheurs, je ne vois eu eux que des >> gens de lettres qu'on aura bien de la...
-

Guizot collection of pamphlets, 24

1839
...ai point protgs, lit-on dans cette lettre, tant qu'ils ont t puissants ; dans leur malbeur, je ne vois en eux que des gens de lettres qu'on aurait de la peine remplacer pour l'ducation de la jeunesse. C'est cet objet prcieux qui me les rend...
-

Histoire de la chute des Jsuites au XVIIIe sicle: (1750-1782)

Alexis de Guignard comte de Saint-Priest - 1844 - : 372
...correspondance avec les philosophes. 11 crivit d'Alemhert : Je n'ai point protg les jsuites tant qu'ils ont t puissants; dans leur malheur,...cet objet prcieux qui me les rend ncessaires, parce que de tout le clerg catholique du pays , il n'ya qu'eux qui s'appliquent aux lettres;...
-

Histoire de la chute des Jsuites au XVIIIe sicle: (1750-1782)

Alexis Guignard de Saint-Priest, Alexis de Guignard comte de Saint-Priest - 1844 - : 372
...correspondance avec les philosophes. Il crivit d'Alembert : Je n'ai point protg les jsuites tant qu'ils ont t puissants; dans leur malheur,...l'ducation de la jeunesse. C'est cet objet prcieux qui mles rend ncessaires, parce que de tout le clerg catholique du pays, il n'ya qu'eux qui...
-

Histoire de la chute des Jsuites au 18e sicle; rponse M. le Comte A. de ...

Paul Lamache - 1845 - : 292
...Etats aux religieux proscrits. Il crivait d'Alembert: Je n'ai point protg les Jsuites tant qu'ils ont t puissants ; dans leur malheur...des gens de lettres qu'on aurait bien de la peine a remplacer pour l'ducation de la jeunesse. C'est cet objet prcieux qui me les rend ncessaires,...
-

Histoire critique et gnrale de la suppression des jsuites au ..., 1

Franois Znon Collombet - 1846
...le cur des vrais sages ? diraient les pauvres Jsuites, s'ils apprenaient comme dans vos lettres vous vous exprimez sur leur sujet. Je ne les ai point...malheur, je ne vois en eux que des gens de lettres (I) ITAlembert au roi de Pruwe (23 avril 1774), tom. XVII, pg. 388, qu'on aurait bien de la peine...
-

Histoire de la chute des Jsuites au XVIIIe sicle, 1750-1782

Alexis de Saint-Priest - 1846 - : 424
...correspondance avec les philosophes ; il crivit d'Alembert : Je n'ai point protg les jsuites tant qu'ils ont t puissants ; dans leur malheur,... de la peine remplacer pour l'ducation de la jeu nesse. C'est cet objet prcieux qui me les rend nces saires, parce que de tout le clerg...
-

Histoire universelle de l'glise catholique, 27

Ren Franois Rohrbacher - 1848
...dterminassent solliciter de lui quelques Jsuites. Frdric lui rpond, le quinze mai 1774 : Tant de fiel entre-t-il dans l'me d'un vrai sage?...des gens de lettres qu'on aurait bien de la peine rem* placer pour l'ducation de la jeunesse. C'est cet objet prcieux qui me les rend ncessaires,...
-

Des tudes et de l'enseignement des Jsuites l'poque de leur suppression ...

Michel Ulysse Maynard - 1853 - : 296
...princes, encourags par son exemple, ne vinssent lui en demander pour ensemencer leurs Etats : Je ne vois en eux que des gens de lettres qu'on aurait bien dela peine remplacer pour l'ducation de la jeunesse. C'est cet objet prcieux qui me les rend...
-




  1. PDF