Les trois rgnes de la nature, 2

chez H. Nicolle Giguet, 1808
 

 - 

.

1
5
2
8
3
9
4
34
5
35
6
55
7
97
8
98
10
174
11
179
12
180
13
231
14
262
15
263
16
268
17
282

9
131

-

237 - Et moi, de l'Hlicon malheureux Blisaire, Peut-tre un jour ses yeux guideront ma misre. Est-il hte plus sr, ami plus gnreux ? Un riche marchandait le chien d'un malheureux ; Cette offre l'affligea : Dans mon destin funeste Qui m'aimera, dit-il, si mon chien ne me reste?
270 - L'ne est donc un ne , et ce n'est point un cheval dgnr, un cheval queue nue ; il n'est ni tranger, ni intrus , ni btard ; il a , comme tous les autres animaux , sa famille, son espce et son rang ; son sang est pur ; et quoique sa noblesse soit moins illustre, elle est tout aussi bonne, tout aussi ancienne que celle du cheval.
271 - L'aigle a plusieurs convenances physiques et morales avec le lion : la force , et par consquent l'empire sur les autres oiseaux, comme le lion sur les quadrupdes : la magnanimit; ils ddaignent galement les petits animaux et mprisent leurs insultes ; ce n'est qu'aprs avoir t longtemps provoqu...
80 - Sre de ses trsors, la plante fortune, Prte donner aux eaux de nouveaux citoyens , De ses plis tortueux raccourcit les liens, Redescend dans le fleuve , et sur la molle arne De sa postrit s'en va mrir la graine, Attendant qu'elle vienne au milieu de sa cour Retrouver le printemps, le soleil et l'amour.
236 - J'ordonne, il vient moi; je menace, il me fuit; Je l'appelle, il revient; je fais signe, il me suit; Je m'loigne, quels pleurs! je reviens, quelle joie; Chasseur sans intrt, il m'apporte sa proie. Svre dans la ferme, humain dans la cit...
164 - Leurs riches magasins entourent la cit ; Ailleurs sont levs les enfants de la reine ; La cour habite enfin prs de sa souveraine ; Le voyageur de loin dcouvrant leurs travaux D'une heureuse peuplade a cru voir les hameaux. O Nil ! ne vante plus ces masses colossales , Des sommets abyssins orgueilleuses rivales ; L'insecte constructeur est plus grand mes yeux Que l'homme amoncelant ces rocs audacieux ; Et quand une fourmi btit des pyramides, Nos arts semblent borns et nos travaux timides....
272 - Dieu, par lequel l'homme peut reconnotre tout instant l'excellence de son tre; car ce n'est pas parce qu'il est le plus parfait , le plus fort ou le plus adroit...
236 - A leur tte est le chien, aimable autant qu'utile, Superbe et caressant, courageux mais docile. Form pour le conduire et pour le protger, Du troupeau qu'il gouverne il est le vrai berger. Le ciel l'a fait pour nous, et, dans leur cour rustique, if fut des rois pasteurs le premier domestique.
245 - D'une aile moins novice alors le jeune lve S'enhardit, prend l'essor, s'abat, et se relve; Enfin, sr de sa force et plus audacieux, II part , tout est fini, tous se font leurs adieux, ' Et l'instinct dnouant la chane mutuelle, Un nouveau nud commence une race nouvelle. Cependant qui l'et cru? si constant dans ses lois, Cet admirable instinct se trompe quelquefois. La poule, qui, pour nous, modle de tendresse...
242 - II nat, vieillit et meurt sous le chaume indigent : Aux injustes rigueurs dont sa fiert s'indigne, Son malheur patient noblement se rsigne. Enfin, quoique son aigre et dchirante voix De sa rauque allgresse importune les bois, Qu'il offense la fois et les yeux et l'oreille.