Oeuvres de Montesquieu, 2

 

 - 

.

-

179 - L'honneur fait mouvoir toutes les parties du corps politique ; il les lie par son action mme, et il se trouve que chacun va au bien commun, croyant aller ses intrts particuliers.
142 - Elles doivent tre relatives au physique du pays; au climat glac, brlant ou tempr; la qualit du terrain, sa situation, sa grandeur; au genre de vie des peuples, laboureurs, chasseurs ou paSteurs; elles doivent se rapporter au...
160 - Le pouvoir intermdiaire subordonn le plus naturel est celui de la noblesse. Elle entre, en quelque faon, dans l'essence de la monarchie , dont la maxime fondamentale est : Point de monarque , point de noblesse ; point de noblesse , point de monarque.
6 - J'ai d'abord examin les hommes, et j'ai cru que, dans cette infinie diversit de lois et de murs, ils n'taient pas uniquement conduits par leurs fantaisies. J'ai pos les principes, et j'ai vu les cas particuliers s'y plier comme d'eux-mmes, les histoires de toutes les nations n'en tre que les suites, et chaque loi particulire lie avec une autre loi, ou dpendre d'une autre plus gnrale.
38 - Le droit des gens est naturellement fond sur ce principe , que les diverses nations doivent se faire dans la paix le plus de bien, et dans la guerre le moins de mal qu'il est possible, sans nuire leurs vritables intrts.
281 - Si vous examinez les formalits de la justice par rapport la peine qu'a un citoyen se faire rendre son bien, ou obtenir satisfaction de quelque outrage, vous en trouverez sans doute trop. Si vous les regardez dans le rapport qu'elles ont avec la libert et la sret des citoyens, vous en trouverez souvent trop peu ; et vous verrez que les peines, les dpenses, les longueurs, les dangers mme de la justice, sont le prix que chaque citoyen donne pour sa libert.
142 - ... physique du pays; au climat glac, brlant ou tempr ; la qualit du terrain, sa situation, sa grandeur; au genre de vie des peuples, laboureurs, chasseurs ou pasteurs ; elles doivent se rapporter au degr de libert que la constitution peut souffrir ; la religion des habitants, leurs inclinations, leurs richesses, leur nombre, leur commerce, leurs murs, leurs manires.
383 - Nos missionnaires nous parlent du vaste empire de la Chine, comme d'un gouvernement admirable, qui mle ensemble dans son principe la crainte, l'honneur et la vertu. J'ai donc pos une distinction vaine, lorsque j'ai tabli les principes des trois gouvernements. J'ignore ce que c'est que cet honneur dont on parle chez des peuples qui on ne fait rien faire qu' coups de bton'.
161 - Abolissez dans une monarchie les prrogatives des seigneurs , du clerg , de /la noblesse et des villes ; vous aurez bientt un tat populaire , ou bien un tat despotique.
181 - COMME il faut de la vertu dans une rpublique , et dans une monarchie de l'honneur , il faut de la CRAINTE dans un gouvernement despotique : pour la vertu , elle n'y est point ncessaire , et l'honneur y serait dangereux.