Les quatre Potiques: d'Aristote, d'Horace, de Vida, de Despraux, 2

Chez Saillant & Nyon, 1771 - 372
 

 - 

.

-

253 - Le jour de la raison ne le saurait percer. Avant donc que d'crire apprenez penser. Selon que notre ide est plus ou moins obscure, L'expression la suit ou moins nette, ou plus pure. Ce que l'on conoit bien s'nonce clairement , Et les mots pour le dire arrivent aisment.
25 - L pour nous enchanter tout est mis en usage; Tout prend un corps, une me, un esprit, un visage. Chaque vertu devient une divinit : Minerve est la prudence, et Vnus la beaut. Ce n'est plus la vapeur qui produit le tonnerre, C'est Jupiter arm pour effrayer la terre; Un orage terrible aux yeux des matelots...
18 - Un rimeur, sans pril, del les Pyrnes . Sur la scne en un jour renferme des annes. L souvent le hros d'un spectacle grossier, Enfant au premier acte, est barbon au dernier. Mais nous, que la raison ses rgles engage, Nous voulons qu'avec art l'action se mnage : Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli Tienne jusqu' la fin le thtre rempli.
28 - Mais, dans une profane et riante peinture, De n'oser de la fable employer la figure ; De chasser les Tritons de l'empire des eaux ; D'ter Pan sa flte, aux Parques leurs ciseaux ; D'empcher que Caron, dans la fatale barque ; Ainsi que le berger ne passe le monarque : C'est d'un scrupule vain s'alarmer sottement, Et vouloir aux lecteurs plaire sans agrment.
251 - Le style le moins noble a pourtant sa noblesse. Au mpris du bon sens, le burlesque effront Trompa les yeux d'abord, plut par sa nouveaut : On ne vit plus en vers que pointes triviales; Le Parnasse parla le langage des halles : La licence rimer alors n'eut plus de frein ; Apollon travesti devint un Tabarin.
16 - Il n'est point de serpent ni de monstre odieux Qui, par l'art imit, ne puisse plaire aux yeux : D'un pinceau dlicat l'artifice agrable Du plus affreux objet fait un objet aimable.
254 - Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme, Ni d'un vers ampoul l'orgueilleux solcisme. Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin Est toujours., quoi qu'il fasse, un mchant crivain.
22 - C'est assez qu'en courant la fiction amuse; Trop de rigueur alors serait hors de saison : Mais la scne demande une exacte raison ; L'troite biensance y veut tre garde. D'un nouveau personnage, inventez-vous l'ide? Qu'en tout avec soi-mme il se montre d'accord , Et qu'il soit jusqu'au bout tel qu'on l'a vu d'abord.
8 - L'lgie en orna ses douloureux caprices; Un hros sur la scne eut soin de s'en parer, Et sans pointe un amant n'osa plus soupirer. On vit tous les bergers, dans leurs plaintes nouvelles, Fidles la pointe encor plus qu' leurs belles. Chaque mot eut toujours deux visages divers. La prose la reut aussi bien que les vers: L'avocat, au Palais, en hrissa son style, Et le docteur, en chaire, en sema l'Évangile.
25 - Minerve est la prudence, et Vnus la beaut. Ce n'est plus la vapeur qui produit le tonnerre, C'est Jupiter arm pour effrayer la terre ; Un orage terrible aux yeux des matelots, C'est Neptune en courroux qui gourmande les flots ; Echo n'est plus un son qui dans l'air retentisse, C'est une nymphe en pleurs qui se plaint de Narcisse.