Dictionnaire franois de la langue oratoire et potique, 2

 

 - 

.

-

1087 - De sorte que toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de sicles, doit tre considre comme un mme homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement...
983 - C'est moi qui tends les cieux, qui soutiens la terre, qui nomme ce qui n'est pas, comme ce qui est; c'est--dire, c'est moi qui fais tout, et moi qui vois, ds l'ternit, tout ce que je fais. Quel autre a pu former un Alexandre, si ce n'est ce mme Dieu qui en a fait voir de si loin, et par des figures si vives, l'ardeur. indomptable son prophte Daniel? Le voyez-vous, dit-il, ce conqurant, avec quelle rapidit il s'lve de l'occident comme par bonds, et ne touche pas terre?
1134 - Elle tudiait ses dfauts ; elle aimait qu'on lui en ft des leons sincres : marque assure d'une me forte que ses fautes ne dominent pas, et qui ne craint point de les envisager de prs par une secrte confiance...
1317 - La mort n'arrive qu'une fois, et se fait sentir tous les moments de la vie : il est plus dur de l'apprhender que de la souffrir.
1182 - Quelque sujet qu'on traite, ou plaisant, ou sublime, Que toujours le bon sens s'accorde avec la rime : L'un l'autre vainement ils semblent se har; La rime est une esclave, et ne doit qu'obir. Lorsqu' la bien chercher d'abord on s'vertue, L'esprit la trouver aisment s'habitue; Au joug de la raison sans peine elle flchit, Et, loin de la gner, la sert et l'enrichit.
903 - Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin, Est toujours, quoi qu'il fasse, un mchant crivain.
1357 - La plus noble conqute que l'homme ait jamais faite est celle de ce fier et fougueux animal qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats ; aussi intrpide que son matre, le cheval voit le pril et l'affronte, il se fait au bruit des armes, il l'aime, il le cherche et s'anime de la mme ardeur...
997 - Jetez les yeux de toutes parts; voil tout ce qu'a pu faire la magnificence et la pit pour honorer un hros ; des titres, des inscriptions, vaines marques de ce qui n'est plus; des figures qui semblent pleurer autour d'un tombeau, et de...
917 - C'est qu'en effet il ya de l'ostentation, du faste , dans l'appareil d'une douleur qu'on tale; mais on ne peut mettre rellement du fard sur des larmes. Cette figure n'est pas juste , parce qu'elle n'est pas vraie.
1306 - Ainsi son orgueil (i), dit l'Esprit de Dieu, sera mont jusqu'au ciel ; sa tte aura touch dans les nues ; ses succs auront gal ses dsirs; et tout cet amas de gloire ne sera plus la fin qu'un monceau de boue qui ne laissera aprs elle que l'infection et l'opprobre.